ON joue – Le Plan de promotion du sport du gouvernement de l'Ontario

Un legs des Jeux panaméricains et parapanaméricains


Mot de la ministre

L'Honorable Eleanor McMahon

À titre de ministre du Tourisme, de la Culture et du Sport, je suis emballée de diriger la mise en place d’un système sportif dynamique, sécuritaire et inclusif qui plaira aux personnes de tous les âges, de tous les niveaux et de tous horizons.

Notre province est l’un des meilleurs endroits au monde où vivre, travailler et élever une famille. Notre prospérité et notre qualité de vie passent par le sport et les loisirs, et je veux faire en sorte que chaque Ontarienne et chaque Ontarien ait la chance de participer à des compétitions, d’améliorer sa forme physique ou, simplement, de faire de belles rencontres en faisant du sport.

En 2015, nous avons lancé le Plan de promotion du sport du gouvernement de l’Ontario, notre plan d’action pour le sport amateur dans notre province. Avec les trois priorités du Plan – participation, développement et excellence –, je crois que les filles et les garçons de tous les horizons et de tous les niveaux auront l’occasion de vivre une vie saine et active, d’acquérir de nouvelles habiletés et d’apprendre des choses qui leur serviront dans toutes les sphères de leur vie.

Nous avons déjà accompli d’importants progrès par rapport à ces trois piliers. Pour souligner le premier anniversaire du Plan, mon ministère a publié un rapport décrivant de quelle façon il réalise les grandes priorités qui y sont énoncées, ainsi que les progrès accomplis à ce jour. Je vous invite à lire le rapport pour en apprendre plus sur nos réalisations et sur l’orientation que prendront nos efforts pendant l’année à venir.

Ces progrès ont été rendus possibles grâce à nos solides partenariats avec les organismes provinciaux de sport et les organismes multisports, les entraîneurs, les bénévoles, les arbitres et les athlètes. Votre soutien et votre dévouement sont essentiels à la santé du système sportif amateur, et je suis impatiente de poursuivre avec vous cet important travail.

Notre Plan de promotion du sport rehaussera ce système en Ontario en misant sur des stratégies éprouvées et en apportant des améliorations aux endroits nécessaires. Le Comité consultatif ministériel de promotion du sport, composé de leaders chevronnés de différents domaines, est prêt à en orienter la mise en œuvre. J’admire la vaste expérience et la grande expertise des membres du Comité, et j’ai très hâte de recevoir leurs commentaires pour la suite des choses.

La promotion et le financement du sport et d’un mode de vie actif contribuent à l’atteinte d’un esprit sain dans un corps sain et ouvrent la voie aux futurs athlètes. Je suis fière de mener l’Ontario vers la mise en place d’un système sportif de première qualité qui sera viable pour les générations à venir.

Veuillez agréer mes sincères salutations.

L’honorable Eleanor McMahon
Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport

Retour en haut


Résumé

Durant l’été de 2015, l’Ontario a eu l’honneur d’accueillir les Jeux panaméricains et parapanaméricains, le plus grand événement multisport organisé à ce jour dans ce pays. Le succès de ces Jeux représente une occasion en or pour notre province. Les spectateurs ontariens se sont souvenus des frissons exceptionnels que procure le sport de haut niveau et savent maintenant qu’ils vivent dans une province capable d’accueillir des manifestations sportives de renommée internationale. En outre, nous pouvons tous être fiers de voir l’Ontario soutenir avec fierté et enthousiasme les sports amateurs et leurs athlètes.

Pour toutes ces raisons, c’est aujourd’hui l’occasion ou jamais pour la province d’aller de l’avant et de se hisser au rang de chef de file mondial en matière de promotion du sport amateur. C’est l’occasion ou jamais d’élaborer un plan visant à encourager le plus de personnes possible à pratiquer des sports organisés et à les fidéliser en éveillant leur passion pour le sport et en développant leurs compétences sportives. Ce plan vise à aider la province à formuler ses objectifs en matière de sport.

ON joue – Le Plan de promotion du sport du gouvernement de l'Ontario est un plan de sport axé sur les athlètes et les résultats. Il s’appuie sur une base solide d’organismes sportifs, de programmes et d’investissements existants. Il reconnaît les nombreux avantages des sports organisés pour les individus et les collectivités : des bienfaits évidents de l’activité physique pour la santé aux retombées économiques que génère l’accueil d’événements majeurs.

Le plan établit trois priorités en matière de sport amateur dans la province, à savoir la participation, le développement et l’excellence, et il présente les mesures que nous prévoyons prendre pour les respecter. Un comité consultatif ministériel, composé de dirigeants dans chacun des trois domaines prioritaires, sera mis sur pied pour orienter la mise en oeuvre du plan. Pour sa première année, le comité consultatif aura pour mission d'étudier les possibilités d’accroître, dans chacun des trois domaines prioritaires, la présence des femmes et des filles dans le secteur du sport. De plus, le ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport envisage d’organiser annuellement un symposium sportif réunissant les décideurs de l’Ontario dans le domaine du sport pour faire un tour d’horizon des résultats des mises en oeuvre et discuter des tendances ainsi que des questions de l’heure.

Le présent plan répond à une nécessité exprimée par les acteurs du domaine au cours des dernières années, à savoir redéfinir les objectifs du ministère afin d’obtenir de meilleurs résultats pour les athlètes ontariens. Il est l’occasion pour le MTCS de revoir la façon dont il exerce ses activités et de travailler plus étroitement et plus efficacement avec ses partenaires. Il a été conçu de façon à mettre sur pied un système qui encourage le plus de personnes possible à pratiquer des sports organisés et à les fidéliser en éveillant leur passion pour le sport et en développant leurs compétences sportives. Il vise également à permettre à plus d’athlètes ontariens que jamais d’exceller et de se hisser au plus haut niveau dans leurs sports respectifs. Enfin, le Plan de promotion du sport du gouvernement de l'Ontario encourage les Ontariens et les Ontariennes à pratiquer un sport ou une activité physique tout au long de leur vie.

Les priorités du Plan de promotion du sport

1. La participation

Nos objectifs en matière de participation
  • Faciliter l’accès à des sports organisés sécuritaires pour l’ensemble de nos athlètes.
  • Permettre à tous les Ontariens et à toutes les Ontariennes de pratiquer des sports organisés.
  • Offrir une expérience positive aux athlètes pratiquant des sports organisés.
Notre plan en ce qui a trait à la participation

Nous allons :

  • mettre à jour et réorienter la Politique sur la reconnaissance des sports;
  • réviser nos programmes de sport existants et travailler avec nos partenaires du secteur du sport pour permettre aux personnes sous-représentées, en particulier aux femmes et aux filles, de bénéficier d’un meilleur accès au sport;
  • nous appuyer sur les partenariats établis avec le ministère de l’Éducation, nos partenaires du domaine éducatif et nos partenaires du secteur du sport pour accroître l’offre sportive et faciliter l’accès des jeunes au sport.
  • explorer les possibilités de partenariats avec le ministère des Services à l’enfance et à la jeunesse et nos partenaires communautaires dans le but de permettre aux enfants et aux jeunes vulnérables de pratiquer un sport;
  • mettre pleinement en œuvre le programme Voie sportive pour le bien-être des Autochtones en Ontario en partenariat avec l’Aboriginal Sport and Wellness Council of Ontario;
  • clarifier, en réponse aux changements législatifs adoptés au niveau fédéral, le statut juridique des sports de combat amateurs et travailler avec la communauté des sports de combat pour formuler les exigences appropriées en matière de santé et de sécurité et veiller à leur application.

La place des filles et des femmes dans le sport

Nous avons la ferme conviction qu’un système sportif sain ne peut exister sans la participation active et continue des filles et des femmes. Prendre acte de l’écart homme-femme qui existe dans les taux de participation et des obstacles auxquelles se heurtent les filles et les femmes constitue un premier pas fondamental. La première année, un comité consultatif ministériel aura la responsabilité de se pencher sur cette question et de déterminer les solutions qui permettront de combler l’écart homme-femme dans le secteur du sport.

2. Le Développement

Nos objectifs en matière de développement
  • Offrir aux athlètes le soutien approprié à mesure qu’ils acquièrent des compétences
  • Permettre aux athlètes d’avoir accès à des entraîneurs, à des officiels et à des bénévoles qualifiés à mesure qu’ils avancent dans le processus de développement supervisé par des OPS/OMS plus efficaces.
Notre plan en ce qui a trait au développement

Nous allons :

  • repenser les programmes de financement pour alléger la charge administrative, éliminer les tâches qui font double emploi et simplifier les processus de demande de financement;
  • renouveler le Programme des Jeux de l’Ontario afin de permettre à nos athlètes de participer à des compétitions de qualité et d’atteindre leurs objectifs sportifs;
  • récompenser les personnes et les organismes qui obtiennent des performances sportives remarquables ou contribuent de manière importante à l’amélioration de notre système sportif en Ontario;
  • tirer profit du legs laissé par les Jeux panaméricains et parapanaméricains en exploitant la base de bénévoles et les ressources connexes mises sur pied durant les Jeux, en nous assurant que les connaissances acquises lors des Jeux sont transférées aux OPS/OMS et en incitant notamment les commanditaires des Jeux à continuer d’investir dans le sport amateur;
  • continuer à soutenir les organismes provinciaux de sport et les organismes multisports dans leurs efforts de recrutement, de maintien en poste et de formation des entraîneurs et des bénévoles.

Jeux de l'Ontario

Faisant partie du Programme des Jeux de l’Ontario, les jeux d’hiver et d’été de l’Ontario donnent aux meilleurs athlètes de la province la possibilité de participer à une compétition multisport en Ontario. Organisés tous les deux ans, les Jeux d’été réunissent entre 3 000 et 3 500 athlètes venus pour prendre part à des épreuves sportives dont le nombre varie entre 22 et 27. Également organisés tous les deux ans, les Jeux d’hiver réunissent entre 2 700 et 3 500 athlètes venus pour prendre part à des épreuves sportives dont le nombre varie aussi entre 22 et 27.

3. L’excellence

Nos objectifs en matière d’excellence
  • Permettre aux athlètes de viser l’excellence dans des sports de haut niveau.
  • S’assurer que les athlètes bénéficient de possibilités d’entraînement et de développement, ont accès à des programmes, des services, des installations et des technologies dernier cri en matière de sport de haut niveau et sont dirigés par des entraîneurs, des dirigeants techniques, des experts en sciences sportives et des professionnels de la santé de qualité.
Notre plan en ce qui a trait à l’excellence

Nous allons :

  • travailler de concert avec le secteur du sport en vue de moderniser le Programme Quest for Gold d’aide aux athlètes et et d’accorder un financement durable à long terme à l’Institut canadien du sport de l’Ontario;
  • mener une campagne permanente de sensibilisation et d’éducation auprès du public afin de mettre à l’honneur les performances des athlètes amateurs et les sports amateurs en Ontario;
  • tirer profit du legs laissé par les Jeux panaméricains et parapanaméricains en matière d’infrastructures et de bénévoles en cherchant à accueillir des événements sportifs qui permettront de réutiliser les infrastructures construites pour les Jeux;
  • élaborer un plan de tourisme sportif visant à attirer davantage de spectateurs, lors de championnats amateurs internationaux par exemple, et davantage de participants à des événements sportifs, comme les marathons, afin de tirer profit des retombées économiques que génère le sport;
  • develop a sport tourism plan to attract more observers to showcase events such as international amateur championships, as well as more participants in sporting events such as marathons, to capitalize on the contributions sport makes to economic development.
  • travailler avec le secteur privé pour faire en sorte que les investissements commerciaux soient en harmonie avec les programmes de l’Ontario ou les besoins du secteur.

Organisation d'événements sprotifs

Faisant fond sur le legs laissé par les Jeux panaméricains et parapanaméricains en matière d’infrastructures et de bénévoles, nous allons exploiter les occasions d’organiser des événements sportifs de manière à réutiliser les infrastructures construites pour les Jeux. Voici quelques-uns des événements à venir :

  • Les Championnats du monde de natation FINA en 2016;
  • Les Jeux autochtones de l’Amérique du Nord en 2017;
  • L’organisation conjointe des Championnats du monde de hockey junior de l’IIHF en 2017;
  • Les Jeux d’été du Canada en 2021.

Retour en haut


Introduction

Deux mille quinze aura été l’année du sport au Canada. À cette occasion, l’Ontario a également eu son été du sport. En juillet et août, l’Ontario a accueilli les Jeux panaméricains et parapanaméricains. Ces Jeux ont montré aux Ontariens et aux Ontariennes que leur province soutenait avec fierté et enthousiasme les sports amateurs et leurs athlètes et qu’elle constituait un terreau fertile à la formation de talents locaux et à leur réussite.

Les Ontariens et les Ontariennes se sont souvenus de la capacité du sport à rassembler les gens et les communautés, à divertir, à procurer des sensations fortes et à unir. Renforcer le système sportif amateur en Ontario présente de nombreux avantages, comme favoriser la pratique d’un sport, former des athlètes de haut niveau et encourager ces athlètes à rester ici en Ontario. La province a prouvé qu’elle était un lieu attrayant capable d’accueillir de grandes manifestations sportives nationales et internationales, ce qui favorise la création d’une culture qui valorise le sport et contribue au développement des athlètes. Ces dernières années, le secteur du sport en Ontario a fait part de la nécessité pour la province de mettre en oeuvre un plan de promotion du sport qui tienne compte des priorités du gouvernement, décrive les mesures à prendre pour parvenir aux résultats escomptés et clarifie les rôles et les responsabilités de chacun. Voici ce plan.

ON joue – Le Plan de promotion du sport du gouvernement de l'Ontario est un legs des Jeux panaméricains et parapanaméricains. Fondamentalement, il consiste pour la province à favoriser une culture du sport qui offre aux athlètes un environnement favorable et sécuritaire et qui leur permette de développer leurs compétences dans leur province de résidence, d’exploiter pleinement leur potentiel, ainsi que de repérer et de soutenir les athlètes ontariens ayant une véritable chance de viser et d’atteindre l’excellence.

L’importance des sports organisés

« Le sport a le pouvoir d’inspirer les gens, de transformer les communautés et de changer nos vies. »

Dr. Bruce Kidd

Selon un sondage réalisé en 2015, 88 % de la population ontarienne croit que le sport contribue significativement à rassembler les communautés (Banque Canadienne Impériale de Commerce, 2015).

Le sport présente plusieurs avantages considérables pour les athlètes, les communautés et la province. Tout d’abord, le présent plan reconnaît qu’il est important de viser l’excellence. La réussite aux plus hauts niveaux de sport amateur est considérablement importante pour les athlètes qui concourent et ceux qui les regardent. C’est pourquoi ce plan vise à encourager la réussite.

Qui plus est, la corrélation qui existe entre activité physique et bonne santé est désormais largement acceptée. Chez l’enfant, une activité physique régulière lui permet de maintenir un poids optimal pour sa santé, d’améliorer sa condition cardiovasculaire, de renforcer sa densité osseuse et d’accroître sa force physique. Plus tard dans la vie, l’activité physique favorise la bonne santé et le bien-être et prévient les maladies chroniques comme le cancer, le diabète de type 2 ou les maladies cardiaques. (Agence de la santé publique du Canada, 2011).

Les avantages du sport pour les jeunes vont bien au-delà du domaine de la santé. Dans un rapport publié en 2014 intitulé Les bienfaits de l’activité physique sur l’enfant (The Positive Impacts of Physical Activity on the Whole Child), Santé publique Ontario explique ce qui suit :

« [... ] un examen systématique a permis d’évaluer les bienfaits psychologiques et sociaux de la pratique du sport chez les enfants et les jeunes adultes, et il a été prouvé que l’activité physique favorisait l’interaction et l’intégration sociale ainsi que le développement des aptitudes sociales. [... ] Il semble que la pratique d’un sport, notamment d’un sport d’équipe, pourrait avoir des effets bénéfiques sur la santé psychosociale supérieurs aux bienfaits associés à la pratique d’une activité physique générale »

(Santé publique Ontario, 2014) (traduction libre).

Les sports organisés n’offrent pas des avantages qu’aux athlètes et aux enfants. Ils offrent également des avantages aux communautés. En février 2015, les provinces et les territoires du Canada ont officiellement adopté le Cadre stratégique 2015 pour le loisir au Canada, qui servira de document directeur pour les secteurs des loisirs. Le Cadre indique que les loisirs favorisent le bien-être des personnes et des communautés. Il reconnaît en outre que les services municipaux de loisir sont des acteurs clés dans l’offre de programmes de sport et fournissent diverses structures de soutien aux organisations sportives locales (Conseil interprovincial du sport et des loisirs et Association canadienne des parcs et loisirs, 2015). Les loisirs constituent également un élément fondamental de la pratique sportive, comme le rappelle la Politique canadienne du sport de 2012, qui fait du « sport récréatif » un objectif principal offrant aux Canadiens la possibilité de faire du sport pour le plaisir, la santé, l’interaction sociale ou la détente (Sport Canada, 2012).

Le présent plan tient compte du caractère complémentaire du sport, des loisirs et de l’activité physique. Si les activités récréatives pratiquées par les enfants sont souvent un premier pas vers les sports organisés, elles sont à la fois extrêmement bénéfiques et importantes en matière de développement du savoir-faire physique, même si elles se cantonnent à des jeux énergiques dans une aire de jeux.

Enfin, tout plan de promotion du sport doit tenir compte des avantages économiques. Le sport est largement reconnu comme un instrument de développement économique.

Les avantages économiques du sport

En 2010, le secteur du sport employait 43 730 Ontariens et Ontariennes et sa contribution au PIB de l’Ontario s’élevait à 2,1 milliards de dollars (Statistique Canada, 2015).

Ainsi, en suscitant l’intérêt pour les sports organisés, nous augmentons le niveau de participation et maximisons les avantages économiques. De l’achat d’équipement et de vêtements aux frais d’adhésion, de déplacement et d’hébergement : le sport génère une importante activité économique.

En 2009, le coût total de l’inactivité physique en Ontario s’est élevé à 3,4 milliards de dollars (Katzmarzyk PT, 2011).

Et ce n’est pas tout, les avantages potentiels du tourisme sportif sont considérables. Dans un livre blanc intitulé Pourquoi la province de l’Ontario doit s’engager stratégiquement dans le tourisme sportif (The Case for the Province of Ontario to Engage Strategically in Sport Tourism), l’Alliance canadienne du tourisme sportif constate que le tourisme sportif présente plusieurs avantages économiques, dont le développement du tourisme, la création d’emplois, la modernisation des infrastructures publiques et l’augmentation des recettes fiscales (Alliance canadienne du tourisme sportif, 2013). Par exemple, en 2012, 5,2 millions de visiteurs en Ontario ont assisté à un événement sportif et ont dépensé 1,27 milliard de dollars au total.*

Les championnats du monde de patinage artistique

Les championnats du monde de patinage artistique de 2013 à London, en Ontario, ont attiré 62 395 spectateurs et les retombées économiques générées ont atteint 42,6 millions de dollars pour l’ensemble de l’Ontario (Alliance canadienne du tourisme sportif, 2015).

Le contexte ontarien

Chaque sport amateur organisé compte une instance dirigeante à chacun des trois niveaux suivants : international, national et provincial. L’instance dirigeante correspondant à chacun de ces trois niveaux est responsable de l’offre sportive, notamment de la mise en oeuvre des programmes et des compétitions, au sein de son domaine de compétences.

Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport

Le ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport (MTCS) est chargé de promouvoir un mode de vie actif et d’encourager la pratique du sport, des loisirs et de l’activité physique auprès de toute la population ontarienne. Le ministère s’engage à prendre les initiatives qui s’imposent pour mettre sur pied et maintenir un système sportif amateur hautement fonctionnel qui hissera l’Ontario au rang de modèle pour les autres pays et en fera une destination de premier plan en matière d’accueil de manifestations sportives nationales et internationales. Le MTCS accorde le financement nécessaire pour former des entraîneurs, financer l’organisation de compétitions et fournir une aide directe aux athlètes.

Les organismes provinciaux de sport et les organismes multisports

En Ontario, les organismes provinciaux de sport et les organismes multisports (OPS/OMS) sont les seules instances dirigeantes en matière de sport amateur au niveau provincial. Indépendants et sans but lucratif, ces organismes constituent la clé de voûte du système sportif de l’Ontario. Le soir et la fin de semaine, le personnel de ces organismes et les bénévoles s’efforcent sans relâche d’élaborer des programmes dans leurs sports respectifs en Ontario, encouragent la participation à des programmes compétitifs et récréatifs et promeuvent l’excellence sportive au niveau provincial. Ils exercent également plusieurs responsabilités dont celles de suivre les normes nationales existantes lors de l’élaboration et de la mise en oeuvre de leurs programmes de sport, d’offrir aux athlètes la possibilité de participer à des compétitions, de sélectionner des équipes provinciales, de recruter et de former des entraîneurs, des officiels et des bénévoles et d’organiser des championnats provinciaux.

Ils comptent parmi leurs membres des clubs locaux et des particuliers (p. ex., des athlètes, des entraîneurs, des officiels, des bénévoles) qui, de concert avec les OPS/OMS, offrent aux collectivités de l’ensemble de la province des programmes de développement communautaires qui sont fondamentaux.

Les OPS administrent un seul sport, qui peut être destiné aux athlètes handicapés ou aux athlètes valides, comme l’Ontario Soccer Association, l’Association of Ontario Snowboarders ou Biathlon Ontario. Les OMS administrent plusieurs sports regroupés en fonction du handicap ou du niveau d’études, comme l’Ontario Wheelchair Sports Association, l’Ontario Blind Sports Association ou Ontario University Athletics.

L’un des objectifs majeurs du présent Plan de promotion du sport du gouvernement de l’Ontario consistera à s’appuyer sur l’excellent travail réalisé par nos OPS/OMS pour rehausser, de façon quantifiable, la qualité de l’expérience des athlètes, des entraîneurs, des officiels et des bénévoles. Nous travaillerons avec nos partenaires afin de revoir les rôles de chacun en matière d’encadrement à tous les niveaux du système sportif, en mettant l’accent sur le principe d’amélioration continue.

Le paysage sportif national

Sport Canada

Sport Canada donne les impulsions et le financement nécessaires au maintien d’un système sportif national de qualité. Les programmes de Sport Canada permettent aux athlètes de pratiquer leur sport tout en poursuivant leurs études ou leur carrière professionnelle, soutiennent l’organisation de manifestations sportives dans l’ensemble du pays et forment des athlètes et des entraîneurs qui concourront aux plus hauts niveaux internationaux.

La Politique canadienne du sport de 2012

En juin 2012, les ministres canadiens du Sport à l’échelle provinciale et fédérale ont adopté une nouvelle Politique canadienne du sport pour les 10 prochaines années. Elle définit, pour la période allant de 2012 à 2022, la marche à suivre par les gouvernements, les institutions et les organismes qui sont désireux d’avoir des effets bénéfiques sur le sport à l’échelle des individus, des communautés et de la société.

La Politique canadienne du sport de 2012 fixe des objectifs dans les cinq grands secteurs de dépenses suivants : l’initiation à la pratique du sport, le sport récréatif, le sport compétitif, le sport de haut niveau et le sport pour le développement.

Cette politique a été conçue comme une feuille de route. Elle établit de grandes orientations et les résultats attendus tout en laissant le soin à chaque gouvernement de déterminer les meilleures mesures à prendre pour atteindre les objectifs fixés dans leur domaine de compétences.

Au Canada, le sport c’est pour la vie : le développement à long terme de l’athlète

« Au Canada, le sport c’est pour la vie » est un mouvement visant à améliorer la qualité du sport et de l’activité physique au Canada. Le développement à long terme de l’athlète est un élément central du mouvement « Au Canada, le sport c’est pour la vie ». Ce modèle de développement en plusieurs étapes intègre l’entraînement, la compétition et la récupération et oriente l’expérience de chaque athlète de l’enfance à l’âge adulte. Depuis 2005, le cadre de développement à long terme de l’athlète du mouvement « Au Canada, le sport c’est pour la vie » (DLTA-ACSV) a été adopté par tous les organismes de sport nationaux au Canada (Au Canada, le sport c’est pour la vie, 2015).

Retour en haut


Les priorités du Plan de promotion du sport

Le Plan de promotion du sport du gouvernement de l’Ontario établit trois priorités en matière de sport amateur dans la province. Pour chacune de ces priorités, le plan s’appuie sur une base solide de programmes et d’investissements existants. Ces trois priorités sont :

  1. la participation;
  2. le développement;
  3. l’excellence.

Priorité numéro un : la participation

  • Faciliter l’accès à des sports organisés sécuritaires pour l’ensemble de nos athlètes.
  • Permettre à tous les Ontariens et à toutes les Ontariennes de pratiquer des sports organisés.
  • Offrir une expérience positive aux athlètes pratiquant des sports organisés.

L’un des indicateurs de réussite du Plan de promotion du sport du gouvernement de l’Ontario rendra compte de la capacité de l’Ontario à accroître le nombre de jeunes qui commencent un sport, et plus important encore, à accroître le nombre de jeunes qui continuent ce sport.

Diversité des populations et intégration

L’Ontario possède une population d’une grande diversité qui s’intéresse à toutes sortes de sports et dont les aptitudes sportives sont variées. De plus, plusieurs obstacles physiques, sociaux, économiques et culturels limitent la capacité de certains groupes à pratiquer un sport dans les mêmes proportions que d’autres.

Pour développer une culture qui favorise l’intégration et valorise la pratique d’un sport par toutes les communautés de l’Ontario, il est nécessaire d’éliminer les barrières qui empêchent les personnes qui le souhaitent de pratiquer un sport.

Filles et Femmes

En matière de pratique sportive, l’écart hommes-femmes est flagrant, quel que soit l’âge, et il tend même à se creuser avec l’âge. Trouver des façons de combler cet écart est l’une des priorités absolues de ce plan. L’Ontario reconnaît qu’il est important de promouvoir la place des femmes et des filles dans le sport et qu’il reste encore beaucoup à faire pour parvenir à l’égalité des sexes dans ce domaine.

Le présent plan vise à accroître la pratique du sport chez les femmes et les filles afin de leur permettre d’exploiter pleinement leur potentiel sportif. Pour soutenir cet objectif, un comité consultatif ministériel sera mis sur pied. Sa première priorité sera de cerner les occasions d’accroître la présence des femmes et des filles dans le secteur du sport.

  • 79 % des garçons entre 5 et 17 ans pratiquent un sport, contre 70 % des filles. (Institut canadien de la recherche sur la condition physique et le mode de vie, 2013). À l’âge adulte, les hommes ont beaucoup plus tendance à pratiquer un sport de façon régulière que les femmes. En 2010, environ un Canadien sur trois pratiquait un sport régulièrement, contre une Canadienne sur six (Sport Canada, 2013).
  • Selon un sondage mondial réalisé auprès de 400 femmes occupant un poste de dirigeante, 94 % d’entre elles pratiquent un sport et 74 % croient que la pratique d’un sport peut permettre aux femmes d’élargir leurs perspectives de carrière et de développer les qualités requises pour diriger une équipe (Ernst & Young Global Limited, 2014).
  • Play Fair (Gall, 2015), un documentaire sorti en 2015, met en lumière les inégalités auxquelles sont confrontées aujourd’hui encore les femmes et les filles dans le secteur du sport au Canada. En voici quelques exemples :
    • En 2013, les bourses octroyées aux étudiants-athlètes par Sport interuniversitaire canadien se sont élevées à 7,4 millions de dollars pour les hommes contre 5,3 millions de dollars pour les femmes.
    • Sur les 108 entraîneurs canadiens présents aux Jeux olympiques d’hiver 2014, seulement 11 étaient des femmes.
    • En mai 2014, dans les organismes de sport nationaux, les femmes représentaient seulement 26,3 % des membres des conseils d’administration et seulement 17,5 % des postes de président étaient occupés par des femmes.

Exemples de réussite : le rugby à sept féminin

Le rugby à sept féminin a fait ses débuts aux Jeux panaméricains 2015 de Toronto et il fera également partie de la programmation sportive des Jeux olympiques d’été 2016 de Rio de Janeiro, au Brésil.

En mai 2015, l’équipe féminine canadienne, en terminant à la première place du 6e tour des World Rugby Women’s Seven Series 2014-2015, à Amsterdam, a obtenu assez de points pour se qualifier pour les Jeux olympiques 2016. Les joueuses canadiennes ont terminé le tournoi sur la deuxième marche du podium et Ghislaine Landry, originaire de l’Ontario, a fini le tournoi à la première place en nombre de points et à la seconde place en nombre d’essais.

En juillet, l’équipe était invaincue aux Jeux panaméricains 2015, où elle a finalement remporté la médaille d’or. La moitié des joueuses de l’équipe canadienne sont originaires de l’Ontario et cinq d’entre elles reçoivent une aide financière dans le cadre du Programme Quest for Gold.

Les enfants de familles à faible revenu

Les enfants de ménages à revenu moins élevé sont moins nombreux à pratiquer un sport que les enfants de ménages à revenu plus élevé (Sport Canada, 2013). La pratique d’un sport comporte habituellement des dépenses en équipement et des frais d’inscription. En 2013, le couple canadien moyen avec enfants a dépensé 778 $ en équipement, services et frais sportifs et récréatifs (Statistique Canada, 2014).

  • 90 % des Canadiens s’accordent à dire que la pratique d’un sport organisé devient trop chère et 82 % d’entre eux connaissent un enfant qui ne peut pas pratiquer un sport organisé en raison de son coût (KidSport, 2014).
Les personnes handicapées

Les personnes handicapées forment un autre groupe sous-représenté dans le secteur du sport et leur faible nombre rend très difficiles la mise sur pied de programmes sportifs et l’organisation de compétitions individuelles ou par équipe. Les barrières à la pratique d’un sport chez les athlètes handicapés sont nombreuses : manque de connaissances, d’équipement et d’accessibilité, absence de point de contact centralisé pour les participants et un système fragmenté dans lequel les rôles et les responsabilités manquent de clarté. Les personnes handicapées qui décident de pratiquer un sport, que ce soit à des fins récréatives ou compétitives, doivent avoir accès à des programmes d’activité physique et de sport de qualité.

Une population vieillissante

Le vieillissement de la population est un facteur contribuant de plus en plus au recul de la pratique du sport. D’après un rapport de Sport Canada datant de 2013, « la participation a tendance à diminuer à mesure que la population vieillit » (Sport Canada, 2013). Compte tenu des bienfaits évidents de l’exercice pour la santé et de notre souci d’améliorer, en tant que société, la qualité de vie de nos personnes âgées, nous devons faire de la pratique du sport chez les personnes âgées de l’Ontario une priorité.

  • En 1992, au Canada, les personnes de 35 ans et plus affichaient un taux de participation sportive de 36 %. En 2011, le taux de participation sportive de ce groupe est descendu à 20 % (Sport Canada, 2013).
Les Autochtones

En matière de pratique sportive, les Autochtones se heurtent à des obstacles auxquels d’autres personnes dans la société ne se heurtent pas. Compte tenu des bienfaits reconnus de la pratique d’un sport sur le bien-être mental et physique, l’Ontario doit se donner pour priorité d’encourager la pratique d’un sport organisé chez les jeunes Autochtones et de les accueillir.

« Le sport permet aux enfants et aux jeunes autochtones de se défouler et d’améliorer leur bien-être physique, émotionnel et spirituel. »

Marc Laliberté, Aboriginal Sport and Wellness Council of Ontario

Les Ontariens et les Ontariennes GLBTQ

Pour promouvoir une culture qui favorise l’intégration et représente toutes les communautés de l’Ontario, il est essentiel que le ministère offre à l’ensemble des Ontariens et des Ontariennes la possibilité de pratiquer un sport. Les Ontariens et les Ontariennes GLBTQ doivent pouvoir évoluer dans un environnement favorable, exempt de toute discrimination. Un environnement sans discrimination permet d’éliminer les barrières à la pratique d’un sport et de dissiper la méfiance ainsi que les effets négatifs qui peuvent limiter les athlètes, les entraîneurs, les officiels et les bénévoles dans leur pratique.

  • Une étude réalisée en 2014 révèle que les jeunes Américains appartenant à une minorité sexuelle sont moins enclins à pratiquer des sports d’équipe et moins nombreux à pratiquer une activité physique modérée à vigoureuse comparativement à leurs pairs hétérosexuels; un sentiment de non-conformité de genre ou un manque d’estime de soi sur le plan athlétique sont les facteurs qui influent le plus sur cet écart (Calzo et coll., 2014).
Exemples de réussite : l’organisme Pride House

Fondé en 2010, l’organisme Pride House (Maison de la fierté) a acquis une grande notoriété en matière de jeux multisports. Des Maisons de la fierté ont été créées pour les Jeux du Commonwealth 2014, la Coupe du monde du Brésil et la création d’une Maison de la fierté est prévue pour les Jeux olympiques d’été 2016 qui se tiendront au Brésil.

Ici, en Ontario, « les Jeux panaméricains et parapanaméricains 2015 de TORONTO ont offert une occasion unique de renforcer les moyens de nos communautés GLBTQ, d’encourager les personnes GLBTQ à pratiquer un sport, un handisport ou un sport récréatif, et de lutter contre l’homophobie et la transphobie, qui privent les personnes GLBTQ d’un mode de vie actif et sain dans nos communautés, notre province et dans toute la région panaméricaine » (traduction libre) (PrideHouseTO, 2015). Pride House a permis de veiller à ce que tous les athlètes et les spectateurs, quelle que soit leur orientation sexuelle, soient les bienvenus en Ontario durant les Jeux panaméricains et parapanaméricains.

Les nouveaux arrivants au Canada

Les nouveaux arrivants considèrent les sports organisés comme un véhicule d’intégration et d’inclusion dans leurs nouvelles communautés. Toutefois, certains d’entre eux se heurtent à des obstacles au moment de pratiquer un sport. La méconnaissance du sport en est un exemple. En effet, plusieurs nouveaux arrivants n’ont jamais entendu parler du hockey, du curling ou d’autres sports d’hiver. Il se peut également qu’ils ne sachent pas comment s’orienter dans le système sportif amateur ou trouver l’information dont ils ont besoin pour se joindre à un club.

  • Selon une étude réalisée en 2014, les principaux obstacles à la pratique d’un sport pour les nouveaux arrivants sont le coût (54 %), le manque de temps (56 %) et d’autres priorités (65 %) (Institut pour la citoyenneté canadienne, 2014).

La sécurité dans le sport

Les personnes qui pratiquent un sport sont conscientes qu’il existe toujours un risque inhérent au sport. C’est dans la nature même du sport. Plus cette activité est pratiquée régulièrement et plus elle nécessite des contacts et des efforts brusques, plus le risque augmente. Toutefois, il revient à toute la communauté sportive de s’assurer que les risques sont connus et réduits au minimum. Tout le monde a un rôle à jouer pour repérer et gérer les risques du sport : les parents, les entraîneurs, les officiels, les bénévoles, les clubs locaux, les OPS/OMS, les ONS et le gouvernement.

Pour promouvoir la sécurité et réduire le risque de blessure, la stratégie consiste à adopter une approche axée sur des activités de sensibilisation, des politiques d’aménagement et des mesures de contrôle.

  1. À tous les niveaux du système sportif, la sensibilisation des athlètes, des parents, des entraîneurs et des bénévoles peut permettre de réduire le risque de blessure. Elle consiste à les tenir informés des risques potentiels, des stratégies et des techniques permettant d’éviter les blessures et des protocoles efficaces de prise en charge des blessures.
  2. L’élaboration de politiques et de pratiques favorisant l’aménagement d’un environnement de compétition sécuritaire pour les participants et la promotion d’une conception novatrice des surfaces de jeu et de l’équipement sportif peut permettre de réduire le risque de blessure.
  3. L’application cohérente des règles du sport peut favoriser la promotion d’un environnement de compétition sécuritaire qui atténue le risque de blessure. Elle peut être associée, au besoin, à l’adoption et à l’application de lois visant à rendre obligatoires les comportements contribuant à réduire ce risque.

Nos piliers fondateurs

Promouvoir la pratique du sport

Les investissements accordés par le ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport encouragent les Ontariens et les Ontariennes à adopter, et à maintenir, un mode de vie actif en pratiquant un sport, un loisir ou une activité physique dans leur communauté. Le ministère élabore de nouveaux programmes et facilite l’accès aux programmes existants afin d’encourager la pratique des sports et des loisirs. Il renforce également le secteur des loisirs et des sports communautaires en offrant des formations en matière notamment d’entraînement, de développement des jeunes et de développement des bénévoles. Le ministère soutient également les initiatives visant à favoriser l’intégration, en particulier des femmes et des filles, des personnes handicapées, des nouveaux arrivants, des personnes âgées et des Autochtones.

Des infrastructures récréatives et sportives accessibles

Les infrastructures sportives et récréatives léguées par les Jeux panaméricains et parapanaméricains dans la Région du grand Toronto ont été conçues en vue de leur future réutilisation par les collectivités. Chaque année, des milliers d’heures de cours seront données dans ces installations ouvertes et accessibles pour permettre aux personnes handicapées de rester actives en pratiquant les activités sportives et récréatives de leur choix.

Les initiatives liées aux commotions cérébrales

Les ministères du Tourisme, de la Culture et du Sport, de l’Éducation et de la Santé et des Soins de longue durée ont travaillé ensemble à la création d’un portail Web sur les commotions cérébrales qui vise à accroître la sensibilisation et à améliorer la prévention, le diagnostic et la prise en charge des commotions cérébrales à l’école et dans l’ensemble de la communauté. Au moyen d’une politique et d’un exposé de programme, le ministère de l’Éducation a demandé à tous les conseils scolaires d’élaborer et de mettre en oeuvre une politique sur les commotions cérébrales. Le MTCS aide les OPS et les OMS à élaborer des protocoles sur les commotions cérébrales pour les jeunes athlètes et soutient le travail mené par le Coaching Association of Ontario afin d’élargir les possibilités de formation sur la prise en charge des commotions cérébrales pour les entraîneurs ontariens.

Les organismes provinciaux de sport et les organismes multisports

Le ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport travaille avec les organismes provinciaux de sport et les organismes multisports dans le but de favoriser et de promouvoir la pratique du sport à tous les niveaux grâce à la mise sur pied de programmes directement par les OPS/OMS ou par leurs clubs locaux. Dans toutes les initiatives mises en oeuvre par les OPS/OMS (p. ex., compétitions, programmes, événements, stages), la sécurité est une priorité absolue et des normes de sécurité appropriées sont appliquées et font l’objet de contrôles. Le ministère reconnait actuellement 81 OPS et OMS.

Notre plan d’action

La reconnaissance des sports

Nous allons mettre à jour et réorienter la Politique sur la reconnaissance des sports afin de clarifier les responsabilités des OPS et des OMS. Cette Politique indiquera clairement les exigences que chaque OPS ou OMS devra remplir pour obtenir le statut d’organisme provincial de sport reconnu et veillera à ce que ces organismes continuent d’offrir des programmes et des services sécuritaires et de qualité supérieure à la population diversifiée de l’Ontario.

Les populations prioritaires

Nous allons réviser nos programmes de sport et travailler avec nos partenaires du secteur du sport afin de faciliter l’accès au sport aux populations prioritaires, comme les femmes et les filles, les enfants de familles à faible revenu, les personnes handicapées, les Autochtones, les personnes âgées, les nouveaux arrivants et les Ontariens et Ontariennes GLBTQ.

Handisport

Nous allons réviser la programmation handisport afin d’accroître et de soutenir la pratique des handisports. Le mouvement paralympique s’amplifie et les spectateurs prennent de plus en plus plaisir à voir les athlètes handicapés ontariens réussir, à quelque niveau que ce soit. Dans les équipes nationales, la représentation de l’Ontario, à titre de plus grande province du Canada, devrait être proportionnelle à sa population. L’Ontario ne peut se permettre de se laisser distancer davantage.

Des partenariats visant à soutenir les enfants et les jeunes

Nous allons nous appuyer sur les partenariats établis avec le ministère de l’Éducation, nos partenaires du domaine éducatif et nos partenaires du secteur du sport pour accroître l’offre sportive et faciliter l’accès des jeunes au sport. Nous explorerons les possibilités de partenariats avec le ministère des Services à l’enfance et à la jeunesse et nos partenaires communautaires dans le but de permettre aux enfants et aux jeunes vulnérables de pratiquer un sport.

Voie sportive pour le bien-être des Autochtones en Ontario

Nous allons mettre pleinement en oeuvre le programme Voie sportive pour le bienêtre des Autochtones en Ontario en partenariat avec le Aboriginal Sport and Wellness Council of Ontario (ASWCO). Ce programme lancé en 2014-2015 s’appuie sur le système récréatif et sportif traditionnel existant pour offrir aux participants, aux athlètes et aux entraîneurs autochtones la possibilité de se surpasser sur le terrain et de se hisser sur le podium.

La sécurité dans les sports de combat amateurs

Nous allons, en réponse aux changements législatifs adoptés au niveau fédéral, clarifier le statut juridique des sports de combat amateurs et travailler avec la communauté des sports de combat pour formuler les exigences appropriées en matière de santé et de sécurité et veiller à leur application. Les sports de combat représentés actuellement par un OPS en Ontario sont : la boxe, le jiu-jitsu, le judo, le taekwondo, le karaté, le kickboxing, les arts martiaux mixtes, la lutte et le wushu.

Les Jeux autochtones de l’Amérique du Nord

Les Jeux autochtones de l’Amérique du Nord sont un événement multisport destiné aux jeunes autochtones d’Amérique du Nord. Ils offrent à ces jeunes l’occasion de présenter leur patrimoine, leur histoire et leur culture à travers différents sports et événements culturels. Les jeunes athlètes participent à des compétitions sportives et à des événements culturels qui promeuvent les concepts globaux de développement physique, mental, émotionnel et spirituel. Le gouvernement de l’Ontario travaille en étroite collaboration avec le Aboriginal Sport and Wellness Council of Ontario pour que les prochains Jeux autochtones de l’Amérique du Nord se tiennent dans la province.

Retour en haut

Priorité numéro deux : Le développement

  • Offrir aux athlètes le soutien approprié à mesure qu’ils acquièrent des compétences.
  • Permettre aux athlètes d’avoir accès à des entraîneurs, à des officiels et à des bénévoles qualifiés à mesure qu’ils avancent dans le processus de développement supervisé par des organismes provinciaux de sport et des organismes multisports (OPS/OMS) efficaces.

Chaque année, en Amérique du Nord, plus de 35 % des enfants et des adolescents abandonnent le sport (Cote et Deakin, 2008).

Réussir à accroître la pratique d’un sport est une chose, réussir à fidéliser les athlètes en est une autre. Des recherches ont montré que le taux d’abandon dans les sports organisés était dû à des expériences négatives et à un manque de plaisir. Nous savons que les changements physiques, la perception que le jeune a de son corps et le développement d’une identité sociale au cours de la puberté et de l’adolescence sont également des facteurs d’abandon. Pour veiller à l’épanouissement sportif des enfants et des jeunes, il est nécessaire de leur offrir une expérience agréable et saine qui leur permette d’acquérir des compétences. En outre, les jeunes dotés de compétences et d’aptitudes sportives doivent être soutenus, ce qui requiert l’élaboration de programmes spécifiques ainsi qu’une collaboration entre les OPS, les entraîneurs, les officiels et les bénévoles.

Le soutien organisationnel

Ce soutien doit commencer en haut, avec les OPS et les OMS, qui supervisent et dirigent les organismes et les clubs locaux. Les programmes et les services fournis par ces organismes provinciaux doivent être conçus pour répondre en priorité aux besoins des athlètes, pour s’assurer qu’ils apprécient ce qu’ils font et qu’ils acquièrent les compétences, la confiance et l’expérience nécessaires pour progresser dans le sport de leur choix. L’un des objectifs majeurs du Plan de promotion du sport du gouvernement de l’Ontario est de s’assurer que les OPS et les OMS ont le mandat et la capacité de favoriser le développement des athlètes ontariens.

Les entraîneurs

Les entraîneurs jouent un rôle majeur dans chaque sport : ils orientent le développement physique, mental et émotionnel des athlètes dont ils ont la charge. Les bons entraîneurs font toute la différence. Pour renforcer les sports organisés en Ontario, nous devons former les meilleurs entraîneurs possible.

Les femmes entraîneuses

Tout comme les femmes et les filles pratiquent moins le sport que les hommes, rares sont les femmes occupant des postes d’entraîneuses dans le système sportif. Selon Sport Canada, « le nombre de femmes formées comme entraîneuses et qui jouent ce rôle activement – surtout dans des contextes de haut niveau – demeure particulièrement faible. La quantité limitée d’information sur les femmes assumant d’autres rôles, notamment ceux de dirigeantes d’organismes de sport, d’officielles ou de dirigeantes techniques, indique que l’expérience et les habiletés des femmes ne sont pas optimisées dans ces domaines non plus » (Sport Canada, 2015). Pour former les meilleurs entraîneurs possibles, l’Ontario doit prendre acte de ces disparités entre les sexes et veiller à attirer et à maintenir en poste des entraîneuses dans le système.

« Qu’il s’agisse d’entraîneurs bénévoles d’équipes de ligue communautaire ou d’entraîneurs professionnels d’athlètes de haut niveau, les entraîneurs sont essentiels au succès des athlètes. Grâce à eux, ces derniers reçoivent la formation et l’inspiration nécessaires pour exploiter tout leur potentiel. »

Susan Kitchen, Coaches Association of Ontario

Les officiels

Sans les officiels, les compétitions sportives ne sont que de simples jeux, amusants et divertissants, mais sans la structure requise pour s’assurer que les règles sont respectées et que la compétition est juste et équitable. Il ne fait aucun doute qu’un système sportif organisé dynamique requiert des officiels hautement qualifiés; la qualité de l’expérience sportive et la sécurité des athlètes en dépendent.

Les bénévoles

Il est bien connu que dans tous les sports organisés, quels qu’ils soient, la majorité des tâches les plus difficiles sont réalisées par les bénévoles. Des milliers de bénévoles qui rendent possible la tenue des Jeux panaméricains et parapanaméricains à l’entraîneur bénévole qui joue un rôle déterminant dans la vie d’un jeune joueur de soccer, la force du secteur du sport réside dans le dévouement et la fidélité de ses bénévoles.

L’Ontario compte 121 000 entraîneurs et 58 000 officiels qui peuvent faire leur travail grâce aux efforts de 363 000 bénévoles. Environ 90 % des organismes récréatifs et sportifs sans but lucratif de l’Ontario font appel à des bénévoles et ces derniers représentent l’équivalent de près de 28 000 employés à temps plein (Ministère des Affaires civiques, de l’Immigration et du Commerce international, 2014).

« Les bénévoles font partie des ressources les plus importantes que possèdent les organismes communautaires. La capacité et la détermination des personnes à travailler ensemble volontairement pour améliorer le sort de leur communauté et le leur constituent une ressource précieuse. »

Saäd Rafi, président, Toronto 2015

Sport post-secondaire

Le sport intercollégial et interuniversitaire est un milieu de formation important pour l’acquisition de compétences, pour le développement des athlètes, des entraîneurs et des officiels, et pour l’avancement de la recherche en matière de sport de haut niveau. Une meilleure collaboration entre l’Ontario Colleges Athletic Association, l’Ontario University Athletics et le ministère pourrait permettre d’améliorer le système sportif de l’Ontario.

Nos piliers fondateurs

Financement destiné aux organismes provinciaux de sport et aux organismes multisports (OPS/OMS)

Le Programme de financement de base aide les OPS/OMS à offrir des programmes et des services fondamentaux au niveau provincial, comme l’organisation de compétitions provinciales et la formation des athlètes, des entraîneurs et des officiels. En outre, grâce au Programme de financement prioritaire pour le développement du sport, le ministère accorde le financement nécessaire à la mise en oeuvre de nouveaux projets de sport ou de nouvelles initiatives créatives qui vont au-delà des activités quotidiennes soutenues par le financement de base.

Soutien destiné à la Coaches Association of Ontario

Le ministère accorde un financement annuel à la Coaches Association of Ontario (CAO), un organisme sans but lucratif qui joue un rôle de coordination central dans le perfectionnement professionnel, la formation et la défense des intérêts des entraîneurs. L’un des objectifs principaux du CAO est de mettre en oeuvre le Programme national de certification des entraîneurs (PNCE), une norme nationale reconnue de formation et de certification des entraîneurs.

Les Jeux de l’Ontario

Depuis 2015, le ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport est chargé d’organiser les Jeux de l’Ontario. Ces compétitions multisports mettent en vedette des athlètes et des communautés de l’Ontario et offrent aux participants, aux bénévoles et aux spectateurs la chance de relever des défis et d’éprouver l’excitation que procure le sport amateur en Ontario. Ce programme réunit des athlètes provenant des quatre coins de la province dans le cadre des Jeux d’été et d’hiver de l’Ontario, des Jeux de l’Ontario des 55+ et des Jeux ParaSport de l’Ontario. Tous les jeux laissent derrière eux un legs important qui se traduit en fierté collective et contribue au développement du tourisme sportif au sein de la collectivité hôte.

Notre plan d’action

Les programmes de financement

Nous allons repenser les programmes de financement pour alléger la charge administrative, éliminer les tâches qui font double emploi et simplifier les processus de demande de financement. De la sorte, les OPS et les OMS bénéficieront d’une sécurité financière accrue qui leur permettra de renforcer les programmes destinés aux athlètes, de fixer aux athlètes des objectifs de performances clairs, d’élaborer un dispositif plus efficace de repérage des talents et de concevoir des plans stratégiques pour leurs organismes.

Les Jeux de l’Ontario

Nous allons renouveler le Programme des Jeux de l’Ontario afin de permettre à nos athlètes de participer à des compétitions de qualité et d’atteindre leurs objectifs sportifs. Ce programme permettra également d’élargir notre base de bénévoles sportifs communautaires, stimulera l’activité touristique et économique et suscitera un sentiment de fierté dans les villes hôtes.

Récompenser les exploits de nos athlètes

Nous allons récompenser les personnes et les organismes qui réalisent des performances sportives remarquables ou contribuent de façon significative à l’amélioration de notre système sportif en Ontario et faire de ces athlètes des modèles pour les futures générations d’athlètes, d’entraîneurs, d’officiels et de bénévoles ontariens.

Le legs des Jeux panaméricains et parapanaméricains

Nous allons tirer profit du legs laissé par les Jeux panaméricains et parapanaméricains en exploitant la base de bénévoles et les ressources connexes mises sur pied durant les Jeux, en nous assurant que les connaissances acquises lors des Jeux sont transférées aux OPS/OMS et en encourageant notamment les commanditaires des Jeux à continuer d’investir dans le sport amateur.

Soutenir les entraîneurs et les bénévoles

Nous allons continuer à soutenir les OPS/OMS dans leurs efforts de recrutement et de formation des entraîneurs et des bénévoles. Nous concentrerons de plus en plus nos efforts sur l’acquisition de connaissances et de compétences et sur le maintien en poste des entraîneurs de qualité formés en Ontario.

Soutenir les officiels

Nous allons travailler de concert avec les OPS/OMS afin d’offrir aux officiels davantage d’occasions de mettre en pratique les compétences et les techniques requises pour soutenir des expériences sportives de qualité. Nous sommes conscients que, sans les officiels, les compétitions ne pourraient pas avoir lieu.

Retour en haut

Priorité numéro trois : L’excellence

  • Permettre aux athlètes de viser l’excellence dans des sports de haut niveau.
  • S’assurer que les athlètes bénéficient de possibilités d’entraînement et de développement, ont accès à des programmes, des services, des installations et des technologies dernier cri en matière de sport de haut niveau et sont dirigés par des entraîneurs, des dirigeants techniques, des experts en sciences sportives et des professionnels de la santé de qualité.

Dans tout groupe d’athlètes, seuls quelques-uns sont résolus à exceller. Certains sont plus rapides, d’autres ont un lancer plus précis, d’autres encore ont de meilleurs réflexes. D’autres sont résolus à exploiter leur talent, à le développer et à le déployer jusqu’à ce qui est humainement possible. Nous voulons soutenir et former ces athlètes, car, avec un soutien approprié, ils pourront atteindre l’excellence. Ils peuvent être les modèles que nous voulons offrir à nos jeunes athlètes ainsi qu’une source de fierté pour leurs communautés et leur province.

Autrement dit, aider nos athlètes à viser et à atteindre l’excellence contribue à faire de l’Ontario une province dynamique et prospère à laquelle chacun a la possibilité de s’associer et de contribuer en vue de réaliser ses rêves.

Les dirigeants techniques et les entraîneurs de haut niveau

Les dirigeants techniques travaillent régulièrement avec des entraîneurs pour s’assurer que les athlètes de haut niveau reçoivent une attention et un soutien hors pair dans le cadre de leurs programmes d’entraînement, de récupération et de compétition. Les dirigeants techniques font habituellement partie d’équipes de soutien intégré (ÉSI). Ces équipes se composent de professionnels et d’experts des sciences sportives dans un grand nombre de domaines, comme la médecine sportive, la physiologie, la préparation mentale, la psychologie, la biomécanique, la nutrition, la force et le conditionnement, la chiropractie, la thérapie physique et la massothérapie, ainsi que celui d’administrateur sportif. L’objectif d’une ÉSI est de s’assurer que les athlètes sont en bonne santé, en bonne forme physique et psychologiquement prêts pour réaliser des performances optimales.

Les entraîneurs de haut niveau contribuent au développement et à l’excellence des athlètes. Les entraîneurs de haut niveau et les dirigeants techniques rendent possible la réussite des futurs athlètes ontariens en développant chez eux le petit plus qui leur permettra de transformer leurs performances en véritables exploits.

L’organisation de manifestations sportives

En organisant des manifestations sportives amateurs internationales comme les Jeux panaméricains et parapanaméricains, l’Ontario se taille une place de choix parmi les destinations accueillant des compétitions aussi bien nationales qu’internationales. L’organisation d’événements de ce type permet à l’Ontario et à ses collectivités d’accueillir des visiteurs et de faire rayonner la province sur la scène internationale. Au sein des collectivités hôtes, l’organisation d’un événement peut favoriser l’établissement de partenariats durables, générer des retombées sociales et économiques favorables et contribuer au développement du sport au niveau des clubs communautaires.

Nos piliers fondateurs

Le legs des Jeux panaméricains et parapanaméricains

On estime que d’ici 2017, la contribution des Jeux panaméricains/parapanaméricains au PIB de l’Ontario s’élèvera à 3,7 milliards de dollars (gouvernement de l’Ontario, 2015).

Parmi les legs importants des Jeux panaméricains/parapanaméricains, il y a l’occasion sans précédent de bâtir une culture du sport et de mettre sur pied un système sportif qui permette aux athlètes de viser et d’atteindre l’excellence.

Les Jeux laisseront derrière eux un legs qui continuera d’enrichir l’Ontario des dizaines d’années durant. Dix nouveaux lieux ont été construits pour les Jeux et quatorze installations sportives existantes ont été modernisées. Trois installations majeures construites spécialement pour les Jeux seront mises à la disposition des athlètes et entretenues grâce au Fonds de legs sportifs Toronto 2015.

Ces installations serviront de complexes récréatifs communautaires et seront destinées aussi bien aux Ontariens et aux Ontariennes souhaitant faire de l’exercice en s’amusant qu’aux athlètes souhaitant atteindre l’excellence au lendemain des Jeux panaméricains et parapanaméricains. Grâce à ces installations nouvelles et modernes, l’Ontario aura de nombreuses occasions de soumettre sa candidature pour accueillir des événements majeurs provinciaux, nationaux et internationaux. Ce legs contribuera au développement du tourisme sportif et du sport de haut niveau en Ontario et permettra à la province de se hisser au rang de destination de premier plan en matière d’accueil de manifestations sportives nationales et internationales majeures.

« La performance des athlètes de pointe est un système complexe alliant préparation et discipline. Le fait de disposer de nouvelles installations et d’un institut de haut niveau en Ontario permet de transformer le paysage du sport de haut niveau dans la province. »

Mandy Bujold, boxeuse/médaillée d’or des Jeux panaméricains/athlète du Programme Quest for Gold

Perpétuer l’excellence

Les trois installations sportives de premier plan construites spécialement pour les Jeux panaméricains et parapanaméricains contribueront significativement au développement des athlètes canadiens de haut niveau.

Le Centre aquatique et complexe sportif panaméricain/parapanaméricain

L’Institut canadien du sport de l’Ontario (ICSO) a déménagé son bureau principal dans le Centre aquatique et complexe sportif. Basketball en fauteuil roulant Canada, Plongeon Canada, Natation Canada, Synchro Canada et Judo Canada ont également déplacé leurs programmes nationaux d’entraînement et de développement dans le Centre.

Le vélodrome panaméricain/parapanaméricain de Milton

Pour la première fois depuis plus de deux ans, le vélodrome de Milton permettra à l’équipe de cyclisme canadienne de s’entraîner à domicile dans une installation de premier plan ouverte toute l’année. Cyclisme Canada et Cycling Ontario ouvrent également des bureaux dans le vélodrome.

Le stade d’athlétisme panaméricain/parapanaméricain de l’Université de York

Athlétisme Canada utilisera le nouveau stade d’athlétisme et ses installations pour élargir ses programmes de sport de haut niveau.

Un Fonds de legs de 70 millions de dollars, créé conjointement par le gouvernement fédéral et la province de l’Ontario, permettra d’exploiter et d’entretenir ces installations durant les deux prochaines décennies au moins et offrira aux athlètes ontariens et canadiens un lieu où s’entraîner, concourir et exceller.

L’Équipe de l’Ontario

Le ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport soutient les centaines d’athlètes, d’entraîneurs, de gestionnaires et de membres du personnel de soutien et de mission qui représentent l’Ontario durant les Jeux d’été et d’hiver du Canada. Les Jeux constituent un élément important de notre système sportif et un événement majeur dans le développement des jeunes athlètes ontariens. Les Jeux offrent aux athlètes la possibilité de concourir dans un environnement multisport et de se préparer à devenir les compétiteurs internationaux de demain.

L’Institut canadien du sport de l’Ontario

L’Institut canadien du sport de l’Ontario offre aux athlètes et aux entraîneurs de haut niveau des programmes et des services visant à renforcer leur capacité à accéder au podium au niveau international. L’ICSO est membre d’un réseau constitué d’instituts du sport situés aux quatre coins du Canada qui offrent des programmes et des services de haut niveau aux athlètes, aux entraîneurs et aux organismes de sport, et est le partenaire principal du gouvernement de l’Ontario dans la mise en oeuvre de programmes sportifs de haut niveau.

La nouvelle installation permettra également aux athlètes handicapés d’avoir accès à des entraînements de haut niveau et à un équipement spécialisé. Grâce à l’accessibilité du lieu et aux programmes proposés, les athlètes handicapés canadiens de haut niveau pourront s’entraîner sur place. L’installation a été conçue de façon à accueillir de nouvelles compétitions handisport internationales que l’Ontario n’aurait pas pu accueillir autrement.

L’Initiative en sport de haut niveau de l’Ontario

L’Initiative en sport de haut niveau de l’Ontario (ISHNO) a été mise sur pied par le ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport et l’Institut canadien du sport de l’Ontario. L’objectif de l’ISHNO est de repérer, dans des sports ciblés, les athlètes les mieux placés pour accéder aux podiums internationaux et de leur fournir le financement nécessaire à des conditions d’entraînement optimales au quotidien. Grâce au programme de l’ISHNO, ces athlètes de haut niveau bénéficient d’une expertise technique, des toutes dernières pratiques en matière de sciences du sport, d’un encadrement spécialisé, d’un équipement et de possibilités d’entraînement en vue des compétitions. Dans les années à venir, ce programme jouera un rôle majeur dans la formation de la prochaine génération d’athlètes de haut niveau de l’Ontario, parmi lesquels certains pourraient un jour représenter le Canada aux Jeux panaméricains et parapanaméricains ou aux Jeux olympiques /paraolympiques.

Le Programme Quest for Gold

Le Programme Quest for Gold offre une aide financière supplémentaire aux athlètes ontariens afin d’améliorer leurs performances et d’accroître le nombre d’athlètes ontariens participant à des compétitions nationales et internationales, dans le but d’améliorer les résultats du Canada lors de compétitions internationales. Le programme vise à :

  • aider les athlètes à atteindre l’excellence aux plus hauts niveaux des compétitions nationales et internationales;
  • inciter les athlètes à vivre et à s’entraîner en Ontario;
  • compenser les pertes de revenu subies par les athlètes lorsqu’ils s’entraînent;
  • permettre aux athlètes d’atteindre l’excellence dans une discipline sportive tout en poursuivant leurs objectifs en matière d’éducation;
  • permettre aux athlètes de bénéficier plus facilement d’un entraînement de haut niveau; et
  • donner aux athlètes de plus amples occasions d’entraînement et de participation à des compétitions.

Association de hockey féminin de l'Ontario

L’Ontario Women’s Hockey Association (OWHA), l’association de hockey féminin de l’Ontario, s’est donnée pour mission d’amener le hockey féminin à son plus haut. En 1982, l’Association organise le premier championnat national et milite pour que ce sport soit accepté aux Jeux olympiques d’Hiver. En 1987, elle organise la première compétition mondiale de hockey féminin. Son objectif est de placer les athlètes ontariennes dans les équipes nationales et d’aider les athlètes à devenir de véritables modèles pour les Ontariens et les Ontariennes. Les adhésions (joueuses et entraîneurs) sont passées de 4 900 en 1987 à 58 499 en 2015.

Accueil de manifestations internationales de sport amateur

Depuis le lancement en 2006 de la Politique d’accueil des manifestations internationales de sport amateur, l’Ontario a approuvé le financement de 55 événements, à hauteur de plus de 13 millions de dollars. Ces investissements élèvent l’Ontario au rang de destination touristique et sportive de premier plan et permettent d’accroître la qualité du sport de haut niveau pour les athlètes valides et les athlètes handicapés de l’Ontario. L’accueil de manifestations sportives internationales permet de stimuler l’activité économique grâce à la création d’emplois et au tourisme. Il contribue également au développement des collectivités par la construction d’infrastructures sportives de haut niveau.

Nos athlètes de haut niveau aux Jeux panaméricains et parapanaméricains 2015

  • Les athlètes ontariens représentaient 40 % des athlètes d’Équipe Canada participant aux Jeux panaméricains et 34 % des athlètes d’Équipe Canada participant aux Jeux parapanaméricains.
  • Environ 70 % des athlètes ontariens ayant participé aux Jeux panaméricains et 86 % des athlètes ontariens ayant participé aux Jeux parapanaméricains ont reçu un financement dans le cadre du Programme Quest for Gold.
  • Les athlètes ontariens, en tant que membres d’Équipe Canada, ont remporté 109 des médailles obtenues par le Canada lors des Jeux panaméricains et 63 des médailles obtenues par le Canada lors des Jeux parapanaméricains, soit 45 % des médailles obtenues par Équipe Canada.

Notre plan d’action

Viser l’excellence

Nous allons continuer à soutenir les possibilités d’entraînement, de programmes et de compétitions de haut niveau pour les athlètes valides et handicapés en travaillant avec le secteur du sport dans le but de moderniser le Programme Quest for Gold d’aide aux athlètes et en accordant un financement durable à long terme à l’Institut canadien du sport de l’Ontario.

Saluer l’excellence

Nous allons mener une campagne continue de sensibilisation et d’éducation auprès du public afin de mettre à l’honneur les performances des athlètes amateurs et les sports amateurs en Ontario. Les exploits de nos athlètes amateurs et la possibilité de les voir accomplir ces exploits à domicile et sur la scène internationale constituent l’apogée d’un système sportif en bonne santé.

L’organisation de manifestations sportives

Nous allons tirer profit du legs laissé par les Jeux panaméricains et parapanaméricains en matière d’infrastructures et de bénévoles en cherchant à accueillir des manifestations sportives qui permettront d’utiliser les infrastructures construites pour les Jeux, offrir davantage de possibilités de compétitions à nos athlètes et faire de l’Ontario une destination plus attrayante que jamais en matière d’accueil de manifestations sportives nationales et internationales.

Le tourisme sportif

Nous allons élaborer un plan de tourisme sportif visant à attirer davantage de spectateurs, lors de championnats amateurs internationaux, par exemple. De plus, nous allons essayer d’attirer davantage de participants à des manifestations sportives comme les marathons, afin de tirer profit des retombées économiques que génère le sport.

Miser sur les partenariats avec le secteur privé

Nous allons travailler avec le secteur privé pour veiller à ce que les investissements commerciaux soient en harmonie avec les programmes de l’Ontario en matière de sport ou les besoins du secteur. En tirant parti des investissements privés, nous serons en mesure d’organiser des manifestations sportives de façon plus économique. Ces investissements privés pourront prendre diverses formes, comme les partenariats, les commandites, les ententes pour devenir fournisseur officiel, etc.

Accueil de manifestations sportives à venir

L’Ontario est fier d’accueillir les événements suivants :

  • Windsor accueillera les Championnats du monde de natation FINA en 2016 (25 mètres).
  • Conjointement à Montréal, Toronto accueillera en 2017 les Championnats du monde de hockey junior organisés par l’IIHF.
  • La Première Nation Mississaugas of the New Credit accueillera les Jeux autochtones de l’Amérique du Nord en 2017.
  • Les Jeux du Canada 2021 seront organisés en Ontario. Le lieu où se tiendront ces Jeux n’a pas encore été choisi, car la province et le Conseil des jeux du Canada travaillent de concert pour établir le calendrier et les critères à satisfaire pour déterminer la ville hôte.

Retour en haut


Comité consultatif ministériel

Dans les années qui viennent, un comité consultatif ministériel, composé de dirigeants dans chacun des trois domaines prioritaires, orientera la mise en oeuvre du plan.

Le comité consultatif devra notamment assumer les responsabilités suivantes :

  • Offrir de l’expertise et des conseils sur la façon d’atteindre les objectifs présentés dans le plan;
  • Faciliter la coopération des intervenants, le cas échéant;
  • Cerner les problèmes pouvant nuire à la mise en oeuvre du plan et mettre au point des solutions;
  • Offrir d’autres conseils liés au sport amateur dans la province, à la demande du ministre.

Pour sa première année, le comité consultatif aura pour mission d’étudier les possibilités d’accroître, dans chacun des trois domaines prioritaires, la présence des femmes et des filles dans le secteur du sport. Début 2016, une table ronde réunissant le comité consultatif ministériel et d’autres experts du secteur sera organisée afin de discuter plus en détail de la présence des femmes et des filles dans le sport.

Retour en haut


Conclusion

Le Plan ON joue donne la priorité aux athlètes en encourageant leur participation, en assurant leur sécurité, en favorisant leur développement et en leur offrant la possibilité d’atteindre l’excellence. Pour ce faire, le ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport établira les orientations à suivre en élaborant des politiques et en collaborant avec les parties prenantes. Au cours de la première année, le ministère mettra sur pied un comité consultatif ministériel et organisera le premier Symposium annuel sur le sport de l’Ontario, qui réunira des dirigeants du secteur du sport de l’Ontario dans le but de trouver des façons de mettre en oeuvre ce plan, de mettre en lumière les recherches effectuées et d’adopter ce plan à l’échelle de la province. Nous continuerons à financer des programmes et des services et à travailler avec nos partenaires – que ce soient les autres ministères et organismes gouvernementaux, les organismes communautaires et sportifs, le secteur privé ou les particuliers – pour promouvoir constamment les priorités de ce plan et renforcer le secteur du sport.

Le Plan de promotion du sport du gouvernement de l'Ontario tirera profit du legs laissé par les Jeux panaméricains et parapanaméricains de façon démontrable et quantifiable. Il établira les orientations que le secteur du sport devra suivre en clarifiant les priorités du gouvernement. Il renforcera l’efficacité du secteur, clarifiera les rôles et les responsabilités de chacun et établira des objectifs clairs et mesurables axés sur les résultats.

Le sport joue un rôle unique dans notre société. Rien de tel que le sport pour prendre soin de sa santé, inculquer l’esprit de camaraderie et la loyauté et offrir aux spectateurs un spectacle sans fin de victoires et de défaites. Le sport enseigne des vertus comme le courage ou la grâce, offre des modèles de réussite et a le pouvoir à la fois de rassembler et d’émerveiller.

Le Plan de promotion du sport du gouvernement de l’Ontario vise à s’assurer que la province et ses habitants bénéficient de tout ce que le sport a à leur offrir. Il ne s’arrêtera pas aux mesures énoncées ci-dessus. Il se veut un document évolutif qui sera adapté au fil du temps en fonction des événements et des circonstances. Toutefois, nos trois priorités – participation, développement et excellence –, de même que notre engagement et notre volonté à faire des athlètes ontariens une priorité, demeureront les mêmes.

Retour en haut


Glossaire

Une commotion cérébrale
Une forme courante de traumatisme à la tête et au cerveau survenant à la suite d’un coup porté directement ou indirectement au corps ou à la tête (comme une blessure durant la pratique d’un sport), qui entraîne une modification des fonctions cérébrales avec apparition de divers symptômes. En cas de commotion cérébrale, la structure du cerveau ne présente pas de blessure visible, si bien que les appareils d’IRM et les tomodensitomètres donnent habituellement des résultats normaux (Parachute, 2015).
Un legs
Le résultat économique, culturel ou matériel à long terme d’un investissement et d’une initiative fondés sur un projet immédiat. Le terme legs a été couramment utilisé pour décrire les retombées à long terme des investissements consentis dans les infrastructures des Jeux panaméricains et parapanaméricains de 2015.
Un handisport
un sport (voir définition ci-dessous) ayant été aménagé pour pouvoir être pratiqué par des personnes handicapées.
Une activité physique
Une activité entraînant une activation musculaire marquée et une augmentation de la fréquence cardiaque au-dessus de la fréquence au repos.
Le savoir-faire physique
La motivation, la confiance, les compétences physiques, les connaissances et la compréhension requises pour permettre à un individu de valoriser l’activité physique et de se responsabiliser en pratiquant une activité physique tout au long de sa vie (International Physical Literacy Association, mai 2014).
Les organismes provinciaux de sport (OPS)
Des organismes sans but lucratif officiellement reconnus par le ministère comme les seules instances dirigeantes pour un sport amateur donné en Ontario. Les OPS sont des organismes indépendants chargés de sélectionner les équipes provinciales, de former les entraîneurs et les officiels et d’organiser les championnats provinciaux.
Le développement à long terme de l’athlète (DLTA)
Un programme optimal d’entraînement, de compétition et de récupération pour chaque stade du développement athlétique.
Les organismes multisports (OMS)
Des organismes sans but lucratif officiellement reconnus par le ministère qui organisent ou promeuvent l’organisation de manifestations sportives dans de multiples disciplines au nom de leurs membres. Les OMS sont des organismes indépendants chargés de sélectionner les équipes provinciales (le cas échéant), d’organiser les championnats provinciaux et de veiller au respect des règles établies par les organismes de sport nationaux.
Un sport
Une activité physique réglementée prenant la forme d’une rencontre entre deux ou plusieurs participants dans laquelle des règles d’éthique et d’équité sont respectées dans le but de désigner un vainqueur. Ces rencontres peuvent prendre la forme d’un jeu, d’une partie, d’une course, etc.

Retour en haut


Documents de référence

Agence de la santé publique du Canada. Bienfaits de l’activité physique, document obtenu le 15 juin 2015 sur le site de l’agence à l’adresse, 20 janvier 2011.

Agence de la santé publique du Canada. Obésité au Canada : Prévalence de l’obésité au sein des populations autochtones, 23 juin 2011.

Alliance canadienne du tourisme sportif. White Paper:The Case for the Province of Ontario to Engage Strategically in Sport Tourism, janvier 2013.

Au Canada, le sport c’est pour la vie. Développement à long terme de l’athlète, 2015.

Banque Canadienne Impériale de Commerce. Alors que débute le Relais de la flamme des Jeux panaméricains de TORONTO 2015, un sondage révèle que 90 % des Ontariens estiment que le sport joue un rôle important dans le rapprochement des peuples, 29 mai 2015.

Calzo et coll. Physical Activity Disparities in Heterosexual and Sexual Minority Youth Ages 12-22 Years Old: Roles of Childhood Gender Nonconformity and Athletic Self-Esteem, Annals of Behavioral Medicine: A publication of the Society of Behavioral Medicine, 47(1), pp. 17-27, 2014.

Conseil interprovincial du sport et des loisirs et Association canadienne des parcs et loisirs. A Framework for Recreation in Canada 2015: Pathways to Wellbeing, Ottawa, ACPL, 2015.

Cote et Deakin. Examining Adolescent Sport Dropout and Prolonged Engagement from a Developmental Perspective, Journal of Applied Sport Psychology, 20, pp. 318-333, 2008.

Ernst & Young Global Limited. Making the Connection:Women Sport and Leadership, 2014.

Gall, D. (réalisateur). Play Fair [film], 2015.

Institut canadien de la recherche sur la condition physique et le mode de vie. Obtenu en 2015 dans la Participation in sport among children and youth, 2013.

Gouvernement de l’Ontario. Les athlètes de l’Ontario ne manqueront pas de stupéfier les auditoires à l’occasion des Jeux parapanaméricains de 2015 à Toronto, 2015.

Institut pour la citoyenneté canadienne. Playing Together-New Citizens, Sports and Belongings, juillet 2014.

Katzmarzyk PT. The economic costs associated with physical inactivity and obesity in Ontario, The Health and Fitness Journal of Canada, 4(4), pp. 31-40, 2011.

Ministère des Affaires civiques, de l’Immigration et du Commerce international. State of the Sector: Profile of Ontario Not-for-Profit and Charitable Organizations: Volume II: Sports & Recreation Report, 2014.

PrideHouseTO. About PrideHouseTO, 2015

Santé publique Ontario. Evidence Brief: The Positive Impact of Physical Activity on The Whole Child, 2014.

Sport Canada. Politique canadienne du sport 2012, 27 juin 2012.

Sport Canada. Participation au sport 2010, février 2013.

Sport Canada. Mobilisation active : Politique concernant le sport pour les femmes et les filles, 2015.

Statistique Canada. Tableau 203-0023 – Enquête sur les dépenses des ménages (EDM), dépenses des ménages, selon le type de ménage, base de données CANSIM, 2014.

Statistique Canada. Activités culturelles et sportives dans les provinces et les territoires, 9 juin 2015.

Statistique Canada par l’intermédiaire du Comité paralympique canadien. Nouvelles perspectives, vie nouvelle, 5 août 2015.

Retour en haut


*Ces données reposent sur l’Enquête sur les voyages des résidents du Canada et l’Enquête sur les voyages internationaux de Statistique Canada. Tous les calculs à l’aide de ces données ont été effectués par le ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport de l’Ontario.