Un caribous Accueil arrow Le tourisme arrow Recherche touristique

Enquête sur les activités et les préférences en matière de voyages — Le marché touristique américain

L’observation de la faune chez les touristes effectuant un voyage de plus de 24 heures

Version en format pdf

Rapport de recherche — Le 25 avril 2007

Sommaire

Au cours des deux dernières années, 26,9 % (59 539 747) des Américains d’âge adulte qui ont fait un voyage de plus de 24 heures, voire de plusieurs nuitées, ont observé la faune. Ils étaient plus nombreux à visiter des réserves naturelles (20,4 %) qu’à observer des animaux terrestres (10,9 %), des fleurs sauvages et autres plantes (6,9 %), des baleines et la faune et flore marines (6,3 %), des oiseaux (5,4 %) et les aurores polaires (1,7 %). Parmi les touristes qui observent la faune (22 302 86), 37,5 % ont indiqué que cette activité était la principale raison les ayant incités à faire au moins un voyage au cours des deux dernières années.

Le profil démographique du touriste qui observe la faune est comparable à celui du touriste américain moyen (appartient au groupe d’âge des 25 à 64 ans, est marié, a un revenu de ménage et un niveau d’études supérieurs à ceux du touriste américain moyen). Il est à peine plus susceptible que l’Américain moyen en voyage d’agrément d’avoir des enfants au foyer de moins de 18 ans. il est surreprésenté en Alaska, dans les régions montagneuses, les États du littoral Pacifique, ainsi que dans le Centre Nord-Est et le Centre Nord-Ouest.

Le touriste qui observe la faune est plus susceptible que l’Américain moyen en voyage d’agrément d’avoir fait un voyage au Canada au cours des deux dernières années (21,3 % par rapport à 14,6 %). Ses destinations préférées sont l’Ontario, la Colombie-Britannique et le Québec. Il est toutefois surreprésenté parmi les Américains moyens qui voyagent dans presque tout le Canada, en particulier dans les provinces de l’Ouest et les territoires.

Le touriste qui observe la faune préfère passer des vacances qui lui donnent l’occasion d’apprécier la nature et de s’adonner à des activités intellectuellement stimulantes et éducatives. Il est plus susceptible que le voyageur américain en voyage d’agrément de faire de la randonnée pédestre, de l’escalade et du pagayage, de l’équitation, du ski de fond et de la raquette. Il est également beaucoup plus susceptible d’avoir visité des attractions sur le thème du jardinage et à des fouilles archéologiques, et d’avoir participé à des évènements culturels autochtones et à des échanges historiques. Au cours des deux dernières années, Le touriste qui observe la faune la faune a eu tendance à séjourner dans des terrains de camping publics et des stations balnéaires. Il était aussi beaucoup plus susceptible que le voyageur américain en voyage d’agrément d’avoir séjourné dans un pavillon en pleine nature ou un camp éloigné accessible par avion ou hydravion et d’avoir fait une excursion en milieu sauvage.