Accueil arrow Le tourisme arrow Recherche touristique

Enquête sur les activités et les préférences en matière de voyages — Le marché touristique canadien

Les sports d'équipe chez les touristes effectuant un voyage de plus de 24 heures

Version en format pdf (anglais)

Rapport de recherche — Le 2 novembre 2007
Sommaire

Au cours des deux dernières années, 8,5 % (2 095 970) des Canadiens d’âge adulte qui ont fait un voyage de plus de 24 heures, voire de plusieurs jours, ont joué à un sport d’équipe. C’est le hockey sur glace (3,9%) qui a été le sport auquel ces touristes ont joué le plus souvent, suivi du baseball ou de la balle molle (2,3 %), du soccer (1,7 %), du basket-ball (1,2 %), du curling (1,1 %) et du football (0,9 %). Jouer à un sport d’équipe lors d’un voyage se situe en douzième place parmi les activités de plein air auxquelles les Canadiens en voyage d’agrément se sont adonnés au cours des deux dernières années. La majorité des touristes jouant un sport d’équipe (59,7 %, ou 1 251 296 Canadiens d’âge adulte) ont indiqué que cette activité était la principale raison les ayant incités à faire au moins un voyage.

Les personnes jouant à un sport d’équipe lors d’un voyage ont tendance à être des jeunes (18 à 24 ans), des célibataires et des hommes, bien que les familles d’âge mûr (familles comptant des adolescents) soient aussi surreprésentées parmi les groupes de touristes s’adonnant à ce type d’activité, peut-être en raison de l’implication des parents dans les sports d’équipe de leurs enfants. Le segment du marché qui s’adonne à ce type d’activité appartient à la classe moyenne, sa scolarisation est moyenne et son revenu de ménage est légèrement supérieur à la moyenne (80 189 $). Ce segment de marché est surreprésenté dans les provinces des Prairies (Saskatchewan, Alberta, Manitoba).

Les touristes jouant à un sport d’équipe voyagent moins fréquemment que les touristes s’adonnant aux autres types d’activités de plein air répertoriés. Parmi les adeptes des 21 types d’activités répertoriés, les amateurs de sport d’équipe se classent au deuxième rang des touristes les moins susceptibles d’avoir visité leur propre province ou région (89,8 %), au douzième rang des touristes les plus susceptibles d’avoir visité une province ou une région adjacente (56,8 %) et au quinzième rang des touristes les plus susceptibles d’avoir visité une province ou une région non adjacente (35,4 %). Ils sont aussi moins susceptibles d’avoir fait un voyage à l’étranger au cours des deux dernières années. Les joueurs de sports d’équipe se situent au septième rang parmi les touristes les plus susceptibles de visiter les États-Unis (59,2 %), au treizième rang parmi les touristes les plus susceptibles de visiter le Mexique (15,4 %) et au dix-septième rang parmi les touristes les plus susceptibles de visiter les Caraïbes (15,4 %).

Comparativement au Canadien moyen en voyage d’agrément, les touristes qui jouent à un sport d’équipe s’adonnent lorsqu’ils voyagent à davantage d’activités de plein air et assistent à plus de spectacles. Pendant qu’ils voyagent, ils sont tout particulièrement susceptibles de pratiquer des sports (p. ex., sports, jeux et golf) et d’assister à des spectacles de nature sportive. Les touristes qui jouent à un sport d’équipe sont aussi beaucoup plus susceptibles que d’autres touristes de participer à des activités de plein air ardues (p. ex., ski alpin et planche à neige). Ils sont aussi plus susceptibles de visiter des parcs et des expositions thématiques, d’assister à des concerts, de participer à des festivals, de visiter des attractions et de fréquenter des festivals et des clubs humoristiques. Ils préfèrent les destinations de voyage qui offrent beaucoup de choses à voir et à faire tant aux adultes qu’aux enfants.

Comparativement aux adeptes des autres types d’activités de plein air répertoriés, les touristes qui jouent à des sports d’équipe utilisent Internet moins que la moyenne pour planifier leurs voyages (66,3 %) et pour faire leurs réservations (40,6 %). Ils consultent aussi moins que la moyenne les médias touristiques. On peut toucher ce segment du marché le plus efficacement par les médias sportifs et les postes de radio diffusant de la musique populaire.