Accueil arrow Le tourisme arrow Recherche touristique

Enquête sur les activités et les préférences en matière de voyages — Le marché touristique canadien

La chasse chez les touristes effectuant un voyage de plus de 24 heures

Version en format pdf (anglais)

Rapport de recherche — Le 14 octobre 2007
Sommaire

Au cours des deux dernières années, 3,5 % (869 255) des Canadiens d'âge adulte sont allés à la chasse dans le cadre de voyages d'une nuit ou plus. Parmi ces chasseurs, 74,0 % (643 154) ont indiqué que la chasse était le motif principal d'au moins un de leurs voyages. La chasse était l'activité de plein air qu'ils citaient le plus souvent comme raison principale de leur voyage.

Le pourcentage d'adeptes du sexe masculin est plus élevé à la chasse (76 %) que dans toute autre activité de plein air. La majorité des chasseurs ont entre 35 et 54 ans (ce qui les place au deuxième rang parmi les 21 segments en matière d'âge) et sont mariés. Leur revenu de ménage (72 789 $) est à l'avant-dernière place parmi les 21 types d'activités de plein air et ils sont les moins susceptibles d'avoir suivi des études postsecondaires. Ils sont surreprésentés dans les provinces de l'Atlantique, en Saskatchewan, au Manitoba et au Québec.

Comparés à l'ensemble des 21 types d'activités de plein air, les chasseurs voyagent principalement au Canada. Ce sont les moins susceptibles, parmi les 21 types d'activités de plein air, d'avoir voyagé aux États-Unis (37,1 %) et, après un seul autre type, les moins susceptibles d'avoir voyagé aux Caraïbes (13,5 %) et au Mexique (11,4 %) au cours des deux dernières années. Presque tous ont voyagé à l'intérieur du Canada (98,8 %) et surtout dans leur propre province ou région (93,0 %) ou dans une province ou une région adjacente (54,6 %). Ils sont surreprésentés surtout parmi les voyageurs qui visitent les Territoires du Nord-Ouest, le Yukon et Terre-Neuve et Labrador.

Pendant leurs voyages, la plupart des chasseurs se sont aussi livrés à la pêche, à la navigation de plaisance et à la natation. Par rapport au voyageur d'agrément canadien moyen, les chasseurs participent aussi beaucoup plus à la fois aux activités récréatives motorisées (p. ex., motoneige et VTT) et aux activités en milieu sauvage. Ils sont moins susceptibles que le voyageur d'agrément canadien moyen de participer à la plupart des spectacles ou activités culturelles pendant leurs voyages, quoiqu'ils fassent preuve d'un intérêt supérieur à la moyenne à l'égard des divertissements ruraux et de plein air (p. ex., agro-tourisme), des événements sportifs (p. ex., sports professionnels), des excursions en milieu sauvage et des excursions aériennes. Les chasseurs sont également beaucoup plus susceptibles que le voyageur d'agrément canadien moyen de séjourner dans un terrain de camping ou dans un gîte en milieu sauvage. Plus que tout autre voyageur d'agrément canadien, ils tendent à préférer des vacances sans horaire fixe et dans un milieu isolé.

Au cours des deux dernières années, les chasseurs tendaient à utiliser Internet moins que tout autre type d'adeptes du plein air pour planifier (42,2 %) leurs voyages ou faire des réservations (23,2 %). Ils avaient plutôt tendance à se fier à leur expérience ou aux recommandations d'autres personnes pour préparer leur voyage. Cependant, le meilleur moyen de communiquer avec les chasseurs est par le biais des stations radio de musique country, des magazines de plein air et de sports, des magazines auto et moto et des médias spécialisés dans les sports.