Accueil arrow Le tourisme arrow Recherche touristique

Enquête sur les activités et les préférences en matière de voyages — Le marché touristique canadien

Les sports aériens extrêmes chez les touristes effectuant un voyage de plus de 24 heure

Version en format pdf (anglais)

Rapport de recherche — Le 28 octobre 2007
Sommaire

Au cours des deux dernières années, seulement 0,8 % (207 529) des Canadiens d'âge adulte qui ont fait un voyage d'une nuit ou plus, voire de plusieurs jours, ont pratiqué un sport aérien extrême. Le parachutisme (0,4 %) a été plus populaire que le vol en montgolfière (0,3 %) et que le deltaplane (0,2 %). Au cours des deux dernières années, parmi les 21 activités de plein air répertoriées, la pratique d'un sport aérien extrême a été l'activité la moins commune chez les touristes canadiens en voyage d'agrément. Sur le nombre de touristes ayant pratiqué un sport aérien extrême, 31,7 % (65 745) ont indiqué que cette activité était la principale raison les ayant incités à faire au moins un voyage.

Les touristes pratiquant un sport aérien extrême pendant leurs voyages ont tendance à être jeunes (18 à 34 ans) et à être des hommes. Ils sont surreprésentés parmi les groupes de jeunes célibataires et de jeunes couples. Si leur scolarisation est quelque peu supérieure à la moyenne (37,5 % ont un diplôme universitaire), leur revenu de ménage est le moins élevé (68 946 $) comparativement au revenu des adeptes des 21 activités de plein air répertoriées.

Les touristes qui pratiquent un sport aérien extrême voyagent relativement fréquemment. Parmi les adeptes des 21 types d'activités de plein air répertoriés, ils viennent en septième place des personnes susceptibles de faire un voyage dans leur propre province ou région (93,7 %), en quatrième place des personnes susceptibles de faire un voyage dans une province ou une région adjacente (61,7 %) et en première place des personnes susceptibles de faire un voyage dans une province ou une région non adjacente (45,2 %). Ils sont particulièrement surreprésentés parmi les touristes visitant le Nunavut, la Colombie-Britannique, l'Alberta et le Manitoba. Les touristes pratiquant un sport aérien extrême voyagent aussi fréquemment à l'étranger. Parmi les adeptes des 21 activités de plein air répertoriées, ce sont les personnes les plus susceptibles de faire un voyage à l'étranger (52,7 %) et le troisième groupe le plus susceptible de visiter le Mexique (21,8 %).

Les touristes pratiquant un sport aérien extrême pendant qu'ils voyagent participent à de nombreuses activités de plein air et activités culturelles et assistent à des spectacles. Comparativement au Canadien moyen en voyage d'agrément, ils s'adonnent beaucoup plus à des activités physiquement exigeantes (p. ex., randonnée pédestre, escalade et pagayage; ski alpin, planche à neige et cyclisme). Ils sont aussi beaucoup plus susceptibles que la moyenne de s'adonner à des activités culturelles (p. ex., visites de lieux historiques, de musées et de galeries d'art) ainsi qu'à des activités de divertissement (p. ex., dégustations, concerts, festivals et attractions). Ces voyageurs dynamiques recherchent des vacances dépaysantes pendant lesquelles ils pourront voir et faire beaucoup de choses et vivre des expériences uniques (p. ex., croisières en sous-marin, vacances à bord d'habitation flottante, excursions aériennes).

Les adeptes des sports aériens extrêmes utilisent davantage Internet que la moyenne des touristes pour planifier leurs voyages (74,6 %) et pour faire leurs réservations (48,9 %). Ils sont au nombre des plus avides consommateurs de médias touristiques et on peut aussi les toucher efficacement par l'entremise de revues portant sur les activités de plein air, les sports, les sciences et la géographie ainsi que par l'entremise des postes de radio diffusant de la musique rock moderne ou alternative.