Raconter Les Histoires de L'Ontario au 21e Siècle

Document de travail destiné aux musées communautaires et aux organismes de mise en valeur du patrimoine


Table des matières

  • Aperçu
    • Musées communautaires et organismes de mise en valeur du patrimoine de l’Ontario
    • Communautés et organismes autochtones
    • Soutien à l’échelle provinciale en faveur des musées communautaires et des organismes de mise en valeur du patrimoine
  • Première partie : Principaux objectifs
    • Renforcer les moyens
    • Stimuler le leadership
    • Soutenir des organismes plus diversifiés
  • Deuxième partie : Sujets particuliers
    • Pérennité
    • Mesures de rendement et résultats
    • Transformation numérique
    • Gestion des collections archéologiques
    • Carrefours communautaires
  • Prochaines étapes et clôture

Mode de participation

Vos réponses aideront à se faire une idée de comment le MTCS soutient le secteur du patrimoine et des musées communautaires

  1. Lisez le document. Parlez-en avec vos collègues et faites-nous part de vos points de vue à l’aide d’une soumission par organisme.
    • Fournissez des réponses concises en limitant vos commentaires à 250 mots maximum par question.
    • Veuillez indiquer si certaines questions ne s’appliquent pas à votre organisme ou si vous ne disposez pas d’éléments pour répondre à la question.
  2. La discussion comporte plusieurs questions.Vous ne devez pas nécessairement répondre à toutes les questions. Répondez à celles qui selon vous sont plus importantes pour votre organisme.
  3. Envoyez vos réponses à culture@ontario.ca avant minuit, le mars 22, 2018.

Aperçu

La Stratégie ontarienne pour la culture consiste à procéder à l’examen et à la mise à jour des programmes provinciaux de financement des musées communautaires et des organismes de mise en valeur du patrimoine pour leur donner plus de moyens, stimuler le leadership et soutenir des organismes plus diversifiés.

Récemment, le ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport (MTCS) a lancé la toute première Stratégie ontarienne pour la culture. Cette stratégie définit une vision de la culture dans la province, notamment des principes directeurs, quatre objectifs fondamentaux, ainsi que des stratégies et des mesures clés [1]. S’inscrivant dans l’objectif de la Stratégie visant à renforcer la culture en Ontario, un engagement clé consiste à procéder à l’examen et à la mise à jour des programmes provinciaux de financement des musées communautaires et des organismes de mise en valeur du patrimoine afin de renforcer les moyens, de stimuler le leadership et de soutenir des organismes plus diversifiés dans le cadre du renforcement de la culture au sein des communautés.

Ce document de travail est la première étape de cet engagement. Il repose sur les témoignages recueillis durant le processus de consultation du gouvernement Parlons culture destiné à étayer la Stratégie pour la culture.

Nous avons appris le rôle important que jouent les musées communautaires et les organismes patrimoniaux au sein de leurs communautés locales, et collectivement pour conserver et promouvoir le patrimoine de l’Ontario.

Ce document de travail se divise en deux parties:

  • La Première partie met l’accent sur les trois grands objectifs de l’engagement de la Stratégie pour la culture : stimuler le leadership, renforcer les moyens et soutenir des organismes diversifiés. Cette section cherche à comprendre quels changements doivent être apportés au programme pour mieux soutenir les objectifs précédemment cités.
  • La Deuxième partie explore des sujets particuliers qui ont été déterminés dans le cadre de Parlons culture. Rassembler davantage de données probantes sur ces sujets permettra également de définir d’autres mesures clés de la Stratégie pour la culture du point de vue du secteur du patrimoine et des musées communautaires, ce qui inclut des voix autochtones et divers organismes de mise en valeur du patrimoine culturel partout en Ontario.

Nous voulons entendre l’avis des organismes dotés de mandats principaux qui soutiennent le secteur du patrimoine culturel en Ontario. Il peut s’agir:

  • De musées communautaires, d’organismes identifiés comme musées, sociétés et associations de mise en valeur du patrimoine et d’histoire;
  • D’archives communautaires;
  • De communautés et d’organismes autochtones, de centres culturels et d’organismes de mise en valeur du patrimoine autochtones;
  • De réseaux du patrimoine culturel ou d’organismes de mise en valeur du secteur;
  • D’organismes de mise en valeur du patrimoine culturel qui reçoivent ou non un financement provincial.

Musées communautaires et organismes de mise en valeur du patrimoine de l’Ontario

Les musées communautaires et les organismes de mise en valeur du patrimoine de l’Ontario se sont développés et ont changé au fil des décennies. La manière dont le patrimoine est mis en valeur, préservé, consommé et célébré évolue en raison d’importants changements démographiques, technologiques et fiscaux. Le secteur du patrimoine culturel de l’Ontario est constitué de divers organismes allant des musées traditionnels reposant sur des collections et des archives communautaires à des carrefours communautaires et des réseaux culturels. Les musées communautaires et les organismes de mise en valeur du patrimoine reconnaissent le passé et stimulent l’avenir. Un certain nombre de ces organismes s’attaquent à un large éventail d’enjeux de justice sociale à travers leurs services et leurs programmes éducatifs (p. ex., en traitant du racisme, en favorisant la diversité et l’inclusion, en s’attaquant au changement climatique et à la protection de l’environnement).

Les musées communautaires et les organismes de mise en valeur du patrimoine offrent également des possibilités d’inclusion économique grâce au bénévolat, et délivrent aux nouveaux arrivants et aux jeunes une formation qui leur permet d’acquérir des compétences. Les musées et les archives communautaires sont des biens culturels importants qui proposent des histoires et des données pour des productions culturelles et inspirent les productions artistiques, cinématographiques et télévisuelles, stimulant toute l’économie créative. De nombreux musées communautaires sont un élément clé du paysage du tourisme culturel de l’Ontario. Certains musées communautaires soutiennent de petites entreprises en offrant un espace dédié à l’échange commercial, par exemple en organisant des marchés de producteurs locaux et en hébergeant des boutiques de cadeaux proposant des ouvrages locaux.

On constate également une prise de conscience de plus en plus grande sur le fait que la manière dont les cultures et les histoires autochtones ont été représentées n’a pas toujours été appropriée, exacte ou respectueuse, et que parfois cela a même été directement nuisible. Une sensibilisation croissante a surgi dans l’ensemble du secteur du patrimoine culturel concernant l’importance d’inclure les points de vue des Autochtones. Les centres culturels et les organismes de mise en valeur du patrimoine autochtones jouent un rôle important dans l’enseignement des cultures et des histoires des Autochtones aux résidents de l’Ontario et aux visiteurs. Certains organismes ont un rôle de reconnaissance du passé, tandis que d’autres favorisent la force et la profondeur des cultures autochtones en Ontario aujourd’hui.

Communautés et organismes autochtones

Les relations entre l’Ontario et les populations autochtones de la province sont dans une phase de transition et de réconciliation. Comme décrit dans Cheminer ensemble : l’engagement de l’Ontario envers la réconciliation avec les peuples autochtones, la province s’est engagée auprès des partenaires autochtones à traiter les séquelles laissées par les pensionnats autochtones, à combler les lacunes et à éliminer les obstacles, à créer un système de justice réceptif et adapté à la culture, à promouvoir la culture autochtone et à rétablir les relations avec les peuples autochtones.

Durant le processus de consultation de la Stratégie pour la culture, des partenaires autochtones ont indiqué que leurs communautés étaient préoccupées par l’accès aux artefacts et aux collections, et la façon dont les histoires autochtones sont racontées par des organismes non autochtones. On nous a également rapporté qu’il y a des possibilités d’améliorer les relations entre les musées ontariens et les communautés autochtones. Les participants non autochtones ont également indiqué qu’ils souhaitaient en apprendre davantage sur les histoires et la culture des Autochtones de l’Ontario.

Nous allons continuer à recueillir des témoignages des Autochtones tout au long de notre travail. Nous avons écouté les partenaires autochtones et nous avons pris plusieurs mesures de la Stratégie pour la culture dans le but de renforcer les relations avec les communautés autochtones. Par exemple, en 2017, l’Ontario a lancé un nouveau Fonds culturel autochtone annuel de 5 millions de dollars, géré par le Conseil des arts de l’Ontario pour promouvoir les activités et les programmes culturels au sein des communautés autochtones. À mesure que d’autres initiatives de la Stratégie pour la culture seront réalisées, nous continuerons de collaborer avec les communautés et les organismes autochtones.

Soutien à l’échelle provinciale en faveur des musées communautaires et des organismes de mise en valeur du patrimoine

Le ministère a offert un soutien provincial pour les activités essentielles aux musées communautaires et aux organismes de mise en valeur du patrimoine pour plusieurs décennies et reconnaît que cet appui est nécessaire afin que le secteur du patrimoine et des musées communautaires prospère. Le ministère a établi ses programmes de financement à la fin des années 1970 et au début des années 1980 dans le but de contribuer au développement des musées communautaires et des organismes de mise en valeur du patrimoine. Le ministère dispose de trois moyens essentiels pour appuyer le secteur du patrimoine et des musées communautaires :

  1. La Subvention de fonctionnement aux musées communautaires (SFMC)[2] est un programme régi par le Règlement 877 « Grants for Museums » (subventions aux musées) de la Loi sur le patrimoine de l’Ontario. Ce programme propose une subvention de fonctionnement aux musées communautaires qui répondent aux critères décrits dans le règlement, et qui satisfont aux Normes applicables aux musées communautaires de l’Ontario. Afin d’être admissibles à la SFMC, les musées communautaires doivent satisfaire aux dix Normes applicables aux musées communautaires de l’Ontario. Ces normes représentent les critères minimum requis pour le fonctionnement d’un musée communautaire reposant sur des pratiques exemplaires généralement reconnues[3]. Aujourd’hui, de nombreux musées communautaires satisfont, ou même dépassent, ces normes.
  2. Les subventions aux organismes de mise en valeur du patrimoine (SOMVP)[4] est un programme établi en vertu d’une loi, régi par le Règlement 879 « Grants to Incorporated Historical Societies and Historical Associations » (subventions aux associations et aux sociétés historiques constituées) de la Loi sur le patrimoine de l’Ontario. Ce programme offre une subvention de fonctionnement aux associations et aux sociétés historiques. Les bénéficiaires admissibles sont des entreprises sans but lucratif qui favorisent l’augmentation de la connaissance, de l’appréciation et de la sensibilisation au patrimoine de leur communauté et de notre province.
  3. La Subvention de fonctionnement aux organismes provinciaux de mise en valeur du patrimoine (OPMVP) est un programme discrétionnaire qui octroie une subvention de fonctionnement annuelle à 12 organismes à but non lucratif et non gouvernementaux de mise en valeur du patrimoine. Ces organismes représentent des disciplines telles que l’archéologie, la généalogie, l’architecture, l’histoire, les archives et les musées. Cette subvention est accordée à des organismes provinciaux de mise en valeur du patrimoine qui offrent des programmes et des services de mise en valeur du patrimoine à leurs membres et au grand public, qui sont des organisations caritatives ou des organismes sans but lucratif enregistrés et qui fonctionnent à l’année avec une portée provinciale.

Depuis 2013, le gouvernement de l’Ontario a investi 30,2 millions de dollars par l’entremise des programmes SFMC, SOMVP et ,OPMVP

Retour en haut


Première Partie : Principaux Objectifs

L’engagement consistant à procéder à l’examen et à la mise à jour des programmes provinciaux de financement des musées communautaires et des organismes de mise en valeur du patrimoine correspond également au document Musées de l’Ontario 2025 Vision et plan d’action stratégiques de l’Association des musées de l’Ontario qui comporte une mesure visant à « renouveler les modèles de financement actuels et recommander une nouvelle stratégie de financement »[5]. Les trois thèmes suivants : renforcer les moyens, stimuler le leadership et soutenir des organismes plus diversifiés sont explorés en détail, avec une série de questions de discussion après chaque section.

Renforcer les moyens

Les résultats du processus de consultation Parlons culture ont indiqué que le renforcement des capacités est une priorité essentielle du secteur. On nous a dit que les organismes ont besoin d’un renforcement des moyens pour rester dynamiques et être réactifs aux besoins et aux occasions communautaires, qui requièrent à la fois un appui à court terme et à long terme.

Le renforcement des moyens est un terme général qui signifie différentes choses pour divers organismes et diverses communautés, et ce, en fonction de leurs besoins et de leurs objectifs. Il s’agit du processus d’amélioration des capacités d’un organisme en vue d’effectuer des activités particulières et de se développer en interne pour mieux remplir une mission donnée. L’appui des moyens peut aider un organisme à prendre de nouveaux risques ou à innover ou à améliorer le rendement afin d’obtenir des résultats mesurables et durables.

Le renforcement des moyens entraîne une amélioration ou permet d’entreprendre une tâche qui n’était pas réalisable au préalable. Un élément clé de ce renforcement repose sur une solide connaissance des obstacles qui empêchent un individu ou une organisation de remplir sa mission. Durant les consultations Parlons culture, on nous a parlé de certaines difficultés relatives aux moyens auxquelles le secteur est confronté, à savoir une infrastructure vieillissante, un besoin de recherche éprouvée et des occasions d’élargissement des collaborations.

Nous avons découvert que la transformation numérique est considérée comme une priorité essentielle pour aider les organismes à rester dynamiques dans leurs communautés et à s’engager auprès des jeunes. Les organismes archivistiques en particulier, considèrent la préservation numérique comme une nouvelle pression.

Questions de discussion sur le renforcement des moyens:

  • Quels sont vos besoins prioritaires en termes de moyens à court terme (p. ex., formation spécialisée, accès aux données, besoins en recherche) et à long terme (p. ex., viabilité financière, capacité de réaliser des exercices d’évaluation)?
  • Quelles activités votre organisme entreprend-il actuellement pour améliorer ses propres moyens (p. ex., participation à des conférences, activités de perfectionnement professionnel, collecte de fonds)?
  • Quels outils ou quels appuis seraient véritablement en mesure d’aider votre organisme à renforcer ses moyens?
  • Envisagez-vous certaines innovations ou initiatives pour l’amélioration du rendement, et si tel est le cas, des obstacles empêchent-ils l’avancement de cette initiative?

Stimuler le leadership

Des personnes ou des organismes font preuve de leadership lorsqu’ils s’adaptent de manière stratégique en vue de répondre à différents besoins et intérêts communautaires. Le leadership implique l’instauration d’une vision qui inspire les autres dans une organisation. Les chefs de file disposent souvent de compétences en matière de collaboration et de création de partenariats, d’innovation, de défense, de mesure des répercussions, d’engagement communautaire, de planification stratégique, de prise de risques, de réalisation de changements et de modélisation des valeurs de la diversité.

Les musées communautaires et les organismes de mise en valeur du patrimoine de l’Ontario dirigent et innovent de plusieurs manières : grâce à de nouveaux édifices multifonctionnels, des collaborations et des partenariats, de nouveaux programmes et services, ou grâce à la diversification destinée à atteindre de nouveaux publics. Les musées communautaires et les organismes de mise en valeur du patrimoine peuvent aider les nouveaux arrivants à s’installer dans leurs communautés, les jeunes à découvrir l’histoire, et s’associer à d’autres organismes de services sociaux et de santé pour rendre l’histoire pertinente. Ils racontent également les histoires de notre passé, qu’ils célèbrent la fierté culturelle ou partagent les réalités désagréables des souffrances qui ont eu lieu.

Les musées communautaires et les organismes de mise en valeur du patrimoine peuvent être chefs de file en continuant à défendre le changement dans le cadre du cheminement vers la réconciliation. Le Rapport final de la Commission de vérité et de réconciliation (Rapport de la CVR)[6] présente 94 appels à l’action visant à faciliter la réconciliation et à traiter les séquelles laissées par les pensionnats, y compris un ensemble de recommandations s’adressant en particulier aux musées et aux archives.

Le rapport met en lumière les musées régionaux et locaux:

«…les musées régionaux et locaux ont également un rôle crucial à jouer dans la création de possibilités pour les Canadiens d’examiner les injustices historiques subies par les Premières Nations, les Inuits et les Métis, d’engager un dialogue public à propos de ce qui a été fait et de ce qu’il reste à faire pour remédier à ces souffrances et de se pencher sur l’esprit et sur l’intention de la réconciliation. Grâce à leurs diverses expositions, à leurs efforts de sensibilisation du public et à leurs programmes de recherche, les musées sont bien placés pour contribuer à l’éducation en vue de la réconciliation.»[7]

Les Appels à l’action 69 et 70 du Rapport final de la CVR reconnaissent également le rôle unique des archives dans la réconciliation.[8] Bien que les appels à l’action s’adressent plus particulièrement aux organismes fédéraux, les archives de l’Ontario ont l’occasion de devenir chefs de file des efforts de réconciliation en facilitant l’accès aux dossiers, favorisant la recherche historique et préservant la mémoire documentaire pour les générations actuelles et futures.

Au cours des consultations Parlons culture nous avons appris que les musées communautaires et les archives de l’Ontario partageaient également ce sentiment relatif au rôle important qu’ils peuvent tenir dans la réconciliation des établissements classiques avec les communautés autochtones. Le renforcement du leadership pourrait prendre forme de nombreuses façons en fonction du besoin de l’organisme. Cela pourrait se traduire par des activités de soutien pour la formation et le perfectionnement du personnel ou des initiatives favorisant la collaboration et les partenariats. Des organismes forts et novateurs pourraient avoir un rôle de mentorat et travailler avec des organismes en besoin d’une expertise spéciale

Questions de discussion sur le leadership:

  • Comment votre organisme fait-il preuve de leadership?
  • Quels sont les obstacles auxquels votre organisme est confronté en matière de leadership et que faites-vous pour les surmonter?
  • Quels outils ou appuis favoriseraient la création d’un leadership dans votre organisme?
  • Si vous êtes une communauté ou un organisme autochtone, quelles sont vos relations avec les organismes de mise en valeur du patrimoine non autochtones? Quels outils ou appuis permettraient de développer ces relations?
  •  Pour les musées communautaires et les organismes de mise en valeur du patrimoine, quels outils ou appuis vous permettraient de collaborer avec des communautés ou des organismes autochtones?
  •  De quelles façons les musées communautaires et les organismes de mise en valeur du patrimoine pourraient-ils faire preuve d’un leadership en vue de la réconciliation avec les communautés autochtones?

Soutenir des organismes plus diversifiés

Au cours des consultations Parlons culture, les musées communautaires et les organismes de mise en valeur du patrimoine ont préconisé au ministère d’élargir les types d’organismes de mise en valeur du patrimoine et les activités qu’il soutient. Le mot « diversité » est un terme général pouvant englober des significations et des interprétations variées.

Soutenir des organismes plus diversifiés pourrait signifier que des programmes devraient s’adresser à des organismes de mise en valeur du patrimoine culturel qui reflètent les différentes communautés de la province afin que tous les Ontariens et Ontariennes puissent se voir représenter. La diversité signifie également la présence d’un large éventail de qualités humaines et d’attributs au sein d’un organisme (y compris son mandat, ses expositions, ses programmes et ses services). Les dimensions de la diversité incluent notamment les origines, la culture, l’ethnicité, le genre, l’identité de genre, la langue, les capacités physiques et intellectuelles, la race, la religion, le sexe, l’orientation sexuelle et le statut socio-économique.

Soutenir des organismes divers peut également signifier permettre l’accès aux services à des organisations à divers stades de leur développement (entreprises en démarrage contre entreprises établies) ou à de nouveaux modèles d’organismes de mise en valeur du patrimoine (fenêtres publicitaires, réseaux, entreprises numériques ou virtuelles). Cela pourrait également signifier offrir un soutien personnalisé à des organismes de différents secteurs géographiques de la province.

Questions de discussion sur le soutien d’organismes plus diversifiés:

  • Si vous ne percevez pas de subvention de fonctionnement du MTCS par l’entremise d’un programme SFMC, SOMVP ou OPMVP, veuillez en expliquer la raison. Des obstacles vous empêchent-ils de faire la demande (p. ex., méconnaissance des programmes, inadmissibilité et sa cause, processus de demande, pas intéressé, etc.)?
  • Pensez-vous que les critères actuels d’admissibilité des programmes reflètent et prennent en considération la composition actuelle des musées communautaires et du secteur patrimonial de l’Ontario?
  • Comment le MTCS pourrait-il soutenir des musées communautaires et des organismes de mise en valeur du patrimoine plus diversifiés? Parlez-nous de certains outils ou de certaines ressources.
  • Comment votre organisme soutient-il et reflète-t-il la diversité? Prenez un exemple et décrivez-le.

Retour en haut


Deuxième Partie : Sujets Spécifiques

La présente section va aborder certains sujets spécifiques que les organismes ont mis en évidence durant le processus de consultation de la Stratégie pour la culture. Bien que ces sujets recoupent d’autres engagements de la Stratégie pour la culture, nous souhaitons développer ce que nous avons retenu et permettre ainsi de définir d’autres engagements selon le point de vue des musées communautaires et des organismes de mise en valeur du patrimoine.

Pérennité

Dans le cadre de l’engagement du gouvernement pour le maintien d’un budget équilibré, le MTCS, comme tous les autres ministères, doit s’assurer que les dépenses demeurent pérennes et correspondent aux priorités actuelles de la province. De nombreux musées communautaires et organismes de mise en valeur du patrimoine prennent des mesures pour améliorer leur pérennité de multiples façons. Certains organismes partagent les ressources et élaborent conjointement des programmes avec d’autres partenaires communautaires. D’autres saisissent des occasions d’activités génératrices de revenus et tirent parti des possibilités touristiques.

Certains organismes novateurs développent des entreprises privées dans le cadre de leur musée sans but lucratif ou de leur organisme de mise en valeur du patrimoine. Ces entreprises visent à créer un flux de revenus régulier qui en retour soutiendra les activités liées au patrimoine culturel. La tendance aux États-Unis est l’émergence des investissements à répercussions sociales dans le secteur du patrimoine culturel. Certaines innovations états-uniennes peuvent justifier un examen plus approfondi de leur applicabilité au secteur du patrimoine culturel de l’Ontario. La publication de l’American Alliance of Museums « Museum 2040: A Museum magazine Special edition » met en évidence des exemples d’investisseurs à incidence sociale qui procurent des capitaux à des organismes culturels à but non lucratif. Ces projets montrent que le secteur du patrimoine culturel est capable d’engendrer des répercussions sociales ou environnementales mesurables.[9] Ce développement suggère que l’investissement dans des organismes culturels à fort impact est un choix viable pour un investisseur qui cherche à optimiser l’incidence sociale ou environnementale, ainsi qu’à obtenir un rendement financier. Vous nous avez parlé de la nécessité d’avoir plus d’occasions de collaborations et de partenariats afin d’optimiser les ressources. Nous avons également retenu que les modèles de financement du gouvernement pourraient être reconçus pour appuyer les compétences organisationnelles. Tandis que l’assurance du mécénat constitue un enjeu, on nous a également dit que le potentiel est là et que les organismes requièrent la capacité de soulever des fonds.

Questions de discussion sur la pérennité:

  • Partagez-vous actuellement des ressources avec d’autres organismes? Quelles sont les possibilités de collaboration et de partage des ressources avec d’autres organismes? Quels en sont les obstacles?
  • Quels outils et soutiens pourraient permettre à votre organisme d’être plus pérenne? Réfléchissez aux éléments liés à l’innovation ou à la prise de risques qui pourraient aider votre organisme à être plus pérenne (p. ex., entreprise à vocation sociale, collecte de fonds). Citez des exemples de modèles en Ontario, en dehors de l’Ontario, ou internationaux qui pourraient être étudiés.
  • Avez-vous eu accès à d’autres programmes de soutien provincial? Si tel est le cas, lesquels? Sinon, pourquoi pas?

Mesures de rendement et résultats

La mesure du rendement implique la collecte, l’analyse et le partage des données et de l’information. Il est essentiel de voir si les résultats escomptés, les objectifs ou la mission d’un organisme sont atteints ou si des efforts supplémentaires sont nécessaires.

La mesure du rendement varie grandement et il n’existe pas de solution d’approche universelle. Les éléments de mesure du rendement qui peuvent différer d’un modèle à l’autre sont des aspects tels que ce qu’il est choisi de mesurer, comment cela est mesuré et évalué, comment cela est rapporté et intégré au cycle de planification.

La mesure de rendement basée sur les résultats peut contribuer à orienter les résultats du programme, à démontrer la valeur et à appuyer une prise de décision éclairée. Certains organismes renoncent à une collecte de données simplement quantitative et au rapport de production pour adopter une mesure du rendement basée sur les résultats afin de mieux démontrer l’incidence de leurs services et de leurs programmes. Cette idée a été également renforcée par les constatations de Parlons culture. Les intervenants ont en effet émis le souhait qu’il y ait un meilleur lien entre les subventions et les principaux résultats.

Certains thèmes communs pour comprendre les extrants et les résultats pourraient être les suivants:

  • Les extrants sont les éléments tangibles produits par une activité (p. ex., nombre de clients servis ou nombre d’inspections). Les mesures de production sont très utiles pour la projection des dépenses et l’évaluation des besoins en ressources dans des délais impartis.
  • Les résultats permettent de montrer à quel point les activités contribuent à l’atteinte des objectifs organisationnels. Les mesures de résultats ne peuvent pas être séparées des objectifs, car elles sont destinées à mesurer le degré auquel les objectifs sont atteints.

Les résultats peuvent être liés à des buts économiques et sociaux plus larges (p. ex., aide aux familles, renforcement des collectivités, emplois et renforcement des compétences, collaboration avec des partenaires). Les résultats peuvent être divisés en résultats à court terme et à long terme. Un exemple de résultat culturel à court terme pourrait être « l’amélioration de la sensibilisation de la communauté aux biens du patrimoine culturel » et un exemple de résultat culturel à long terme pourrait être « les personnes de tous âges, de toutes les communautés et de toutes compétences ont la possibilité de participer et d’être exposées à un éventail d’activités, de programmes et de produits culturels ».La Fondation Trillium de l’Ontario (FTO) (un organisme du MTCS) a récemment élaboré une Stratégie d’investissement, enracinée dans l’indice canadien du mieux-être, reliant les domaines d’action aux résultats prioritaires. Dans ce modèle, toutes les subventions accordées sont un investissement uniquement dans les activités qui atteindront l’un des résultats prioritaires [10]

Questions de discussion sur les mesures de rendement et les
résultats:

  • Quels sont les indicateurs de rendement (IR) et les sources de données justificatives de votre organisme? Si vous disposez de plusieurs IR, faites preuve de discernement et mettez en évidence jusqu’à trois de ces indicateurs qui selon vous appuient un modèle de programme reposant sur les résultats. Si vous ne disposez pas d’IR, veuillez en expliquer la raison.
  • Quel est votre principal défi en matière de mesure de rendement? Décrivez une difficulté majeure et comment vous vous employez à la surmonter.
  • Décrivez quelques caractéristiques essentielles des seuils-repères transparents et des évaluations qu’il conviendrait que le gouvernement demande dans le cadre du rapport.

Transformation numérique

La Stratégie ontarienne pour la culture comporte l’engagement de mieux comprendre l’incidence du passage au numérique pour la culture, en travaillant en premier lieu avec les partenaires à l’organisation d’un colloque sur la culture numérique où les intervenants des différents secteurs culturels pourront échanger sur leurs expériences et leur expertise et se préparer à faire face aux défis du numérique et à saisir les occasions qui se présenteront.

Nous avons découvert que pour les musées communautaires et les organismes archivistiques, l’affichage et le stockage en ligne des collections et de l’information sur des sites Web constituent l’une des applications les plus répandues de l’utilisation de la technologie numérique en vue de préserver le patrimoine documentaire dans des archives et faciliter l’accès aux dossiers d’archives et aux collections muséales. L’adoption de nouvelles technologies a également donné lieu à des expériences différentes pour les visiteurs à travers des environnements muséaux virtuels, des médias interactifs, des applications et la mobilisation des réseaux sociaux. La transformation en monde numérique avec un plus grand accès en ligne aux biens culturels peut également générer de nouvelles occasions d’examiner et d’interagir avec des objets culturels, d’attirer davantage de visiteurs et d’augmenter les recettes.

Bien qu’il y ait un certain nombre de possibilités, cela représente aussi quelques difficultés. Tout comme pour les autres secteurs, suivre le rythme des nouvelles technologies, former et retenir le personnel compétent doté de l’aptitude à s’adapter aux besoins numériques changeants constituent les principaux enjeux du passage au numérique. Il faut citer également les coûts associés à la fourniture d’expériences en ligne et en personne, la détermination des technologies numériques adaptées pour répondre aux besoins du public, l’infrastructure technologique, notamment une large bande et une bande passante adaptées en particulier aux communautés rurales, éloignées et du Nord

Questions de discussion sur la transformation numérique:

  • Quelle est votre toute première priorité numérique? Décrivez-la.
  • Y a-t-il un musée communautaire ou un organisme de mise en valeur du patrimoine que vous décririez comme le leader de la transformation numérique et pourquoi?
  • De quoi votre organisme tirerait-il le plus parti? Choisissez une réponse.
    • Les occasions de réseautage ou de mise en œuvre de collaborations avec d’autres chefs de file numériques de l’industrie ou du secteur privé;
    • La littératie numérique, la formation et le perfectionnement des compétences;
    • La numérisation des contenus;
    • Le marketing numérique et l’atteinte de nouveaux publics.

Gestion des collections archéologiques

La Stratégie ontarienne pour la culture comporte l’engagement de collaborer avec des partenaires autochtones, des archéologues, des musées, etc. dans le but d’améliorer la conservation des collections archéologiques. Ces collections comprennent des artefacts découverts par des archéologues sur des sites de l’Ontario, ainsi que les dossiers associés aux travaux archéologiques sur le terrain, comme des notes de fouilles, des photographies et des catalogues d’objets.

Actuellement, de nombreux archéologues stockent leurs collections dans des bureaux, des entrepôts loués ou des résidences privées. Le gouvernement s’efforce de faciliter le dépôt des collections archéologiques dans des établissements publics, tels que des musées, des dépôts et des centres culturels autochtones. Cela peut contribuer à veiller à ce que les collections archéologiques reçoivent des soins éthiques et durables et à créer des occasions pour les communautés autochtones, les chercheurs et le public d’y avoir un accès approprié à des fins culturelles, éducatives et de recherche.

Les difficultés auxquelles les communautés autochtones, les musées et d’autres établissements publics doivent faire face en acceptant de veiller sur les collections archéologiques sont pour n’en citer que quelques-unes les coûts, l’espace et le personnel, la préservation et l’interprétation. Durant les consultations Parlons culture, nous avons entendu que les musées et les organismes de mise en valeur du patrimoine de l’Ontario se démènent souvent pour trouver des moyens de rendre les collections archéologiques accessibles et pertinentes pour le public tout en mettant en œuvre des politiques de gestion des collections afin d’en assurer la préservation. Nous avons également retenu qu’il y a des possibilités de numériser des collections et d’améliorer le rôle des communautés autochtones en matière de gestion des collections archéologiques, d’interprétation et d’exposition.

Nous sommes conscients qu’il y a d’autres priorités de collections, en plus des collections archéologiques. S’assurer que les collections muséales et archivistiques demeurent pertinentes et significatives et qu’elles reflètent des communautés variées est une priorité essentielle du secteur. Bien que le point central de la présente section soit les collections archéologiques, nous aimerions mieux connaître les priorités de collections plus larges en marge des collections archéologiques.

Questions de discussion sur la gestion des collections archéologiques:

  • Votre collection contient-elle actuellement des artefacts archéologiques? Quelles difficultés ou quelles possibilités voyez-vous dans le fait d’accepter, de préserver ou d’exposer des artefacts archéologiques?
  • De quelle orientation ou formation votre organisme bénéficierait-il le plus en rapport aux collections archéologiques?
  • Intégrez-vous les voix des communautés autochtones dans vos pratiques archéologiques ou d’autres collections? Si tel est le cas, comment? Si la population autochtone n’est pas impliquée, quels sont les obstacles à sa participation?
  • Pour les collections non archéologiques, quelle est votre principale priorité concernant la gestion des collections?

Carrefours communautaires

La Stratégie ontarienne pour la culture comporte l’engagement de «travailler avec les partenaires du gouvernement et les intervenants du secteur de la culture pour optimiser l’utilisation des bibliothèques publiques, des musées, des galeries et d’autres installations culturelles et en faire des carrefours communautaires et étudier les possibilités d’offrir des activités artistiques et culturelles et d’aménager des espaces à ces fins dans les écoles et d’autres installations communautaires».

Les carrefours communautaires sont un modèle de prestation de services qui rassemble les fournisseurs de services afin d’offrir une gamme de services qui répondent aux besoins communautaires avérés. Les carrefours communautaires peuvent être la co-implantation de services en ligne et dans les quartiers. Des carrefours existent dans différents secteurs : développement économique et commercial, services d’intégration communautaire et sociale et la santé. Les résultats couramment reconnus des carrefours communautaires sont notamment l’amélioration de l’accès à une gamme de services axés sur le client, l’optimisation de l’utilisation des bâtiments existants et les économies de frais de fonctionnement grâce au partage des installations. Pareillement aux carrefours communautaires, il existe également des carrefours culturels.

Les carrefours culturels rassemblent des services et des programmes culturels dans un endroit particulier. Il peut s’agir d’un centre des arts de la scène, d’une galerie d’art, d’une bibliothèque, d’un espace de programmation extérieur, d’un espace culturel intérieur ou même d’un carrefour numérique qui regroupe des avantages culturels, économiques et sociaux pour une communauté.[11]

Questions de discussion sur les carrefours communautaires:

  • Considérez-vous votre organisme comme un carrefour culturel ou communautaire? De quelle façon?
  • Décrivez le principal obstacle auquel les musées communautaires et les organismes de mise en valeur du patrimoine sont confrontés en devenant un carrefour culturel ou communautaire et comment le secteur peut collaborer avec le gouvernement pour surmonter ces obstacles?
  • Quels sont les outils et les ressources qui seraient utiles à votre organisme pour poursuivre vos collaborations en tant que carrefour culturel et communautaire?

Retour en haut


Prochaines étapes et clôture

Nous allons analyser vos commentaires et les prendre en compte durant les mois à venir et nous publierons un rapport au printemps. Nous apprécions l’enthousiasme généré par cet examen destiné à la révision des programmes provinciaux de financement des musées communautaires et des organismes de mise en valeur du patrimoine. Ensemble, nous travaillons à renforcer les moyens, stimuler le leadership et soutenir des organismes plus diversifiés.

  • Avez-vous quelque chose à ajouter? Limitez vos réponses à 250 mots maximum.

Nous vous remercions de vos commentaires et nous sommes impatients de lire vos réponses.

Retour en haut


Bibliographie

  • Publication de l’American Alliance of Museums. Museum 2040: A Museum magazine special edition. Novembre/Décembre 2017.
  • Gouvernement de l’Ontario. (16 août 2016). La Stratégie ontarienne pour la culture : Raconter nos histoires, faire croître notre économie Web. Extrait le 6 juin 2017.
  • Gouvernement de l’Ontario (sans date). Lois en ligne - Loi sur le patrimoine de l’Ontario, L.R.O. 1990, chap. O.18. Web. Extrait le 29 juin 2017.
  • Association des musées de l’Ontario (sans date) Musées de l’Ontario 2025 Vision et plan d’action stratégiques. Web. Extrait le 31 octobre 2017.
  • Commission de vérité et réconciliation du Canada (sans date). Rapport final de la CVR. Web. Extrait le 6 juin 2017.
  • Fondation Trillium de l’Ontario (sans date). Indice canadien du mieux-être. Web. Extrait le 6 juin 2017.
  • Ville d’Oakville (sans date). Downtown Cultural Hub Study. Web. Extrait le 6 juin 2017.

Publications citées